L’art de la diversion

Depuis le début de cette pandémie, je fais mon gros possible pour me conformer aux directives de la santé publique. Avant même que le port du masque ne soit obligatoire dans les commerces, j’en portais un, quitte à passer pour un extra-terrestre.

Cela dit, je ne suis pas dupe des manœuvres du gouvernement. Je suis fort conscient que depuis le début de cette pandémie, notre premier ministre pratique un art bien connu de la plupart des politiciens : celui de la diversion. Ainsi au printemps dernier, pour expliquer les piètres performances du Québec face à la Covid-19, François Legault n’a pas hésité à pointer du doigt la semaine de relâche et les voyageurs de retour au pays. Peut-être qu’effectivement cette période de relâche a joué un rôle dans la transmission du virus. Mais elle ne saurait expliquer à elle seule un taux de mortalité énorme au Québec. La réponse est plutôt à chercher dans la trop grande centralisation de notre système de santé, dans la gestion de nos CHSLD, dans la mobilité du personnel d’un étage à l’autre ou d’un établissement à l’autre. Et cela sans compter les trop nombreuses années d’austérité budgétaire imposées par les gouvernements précédents. À cela, il nous faut probablement ajouter une plus forte proportion de Québécois et de Québécoises âgées hébergées soient dans des CHSLD ou dans des RPA.

Pointer du doigt les citoyens et citoyennes plutôt que le système et les décisions gouvernementales

Bien sûr, on ne peut rendre François Legault responsable de toutes les décisions passées qui ont fragilisé notre système de santé. Quoique qu’il a quand même fait parti de certains de ces gouvernements. Il faut également admettre que les décisions à prendre quand on navigue un peu à l’aveugle contre un virus encore méconnu ne sont pas chose facile.

Mais il y a une limite à chercher des coupables dans la population ou dans les autres paliers de gouvernement afin de se laver les mains de ses propres décisions ou de son inaction.

Une des grandes clefs du succès dans la lutte au virus est le dépistage rapide des personnes atteintes, quelles soient symptomatiques ou non, et le traçage tout aussi rapide des personnes qui ont été en contact avec ces personnes. Or, en ces matières, le Québec n’a pas été exemplaire et, malgré quelques améliorations en matière de capacité de dépistage, il ne l’est toujours pas. Dès le départ, la trop grande centralisation des examens de laboratoire prescrite par le projet Opti-Lab de Gaétan Barette n’a probablement pas aidé le traitement rapide des analyses. Encore aujourd’hui, on se demande pourquoi le gouvernement tarde à utiliser dans certains endroits les tests rapides. Quand aux mesures de traçage, elles laissent encore beaucoup à désirer. Et que dire de la saga autour de la ventilation dans les écoles et des purificateurs d’air. Il reste encore à démontrer que le virus se transmet effectivement de cette façon. Mais chercher à cacher un problème de ventilation séculaire dans certaines de nos écoles vétustes, cela frise l’indécence.

Que nous ayons été pris par surprise au printemps dernier et que l’équipement de protection pour les travailleurs et les travailleuses ait manqué, nous pouvons le comprendre tout en le déplorant. Mais que plusieurs mois après, des employé·es doivent encore réclamer d’avoir accès à des masques N-95, cela ne dépend tout de même pas de la population. Et que dire du cafouillage autour du masque N-99 conçu et produit au Québec.

Depuis le début de cette pandémie, une des stratégies de François Legault est de remettre la faute sur les autres. Quand ce n’est pas sur le comportement des citoyens ou des citoyennes, comportement qui peut effectivement parfois être insouciant, le premier ministre s’en prend alors au gouvernement fédéral et à Justin Trudeau.

Transparence et démocratie

Depuis le début de cette pandémie, le gouvernement en profite pour écarter des processus démocratiques importants. Bien sûr, on comprend que durant les périodes de confinement, l’assemblée nationale ne pouvait fonctionner comme si de rien n’était. Mais notre premier ministre en a profité pour monopoliser toute l’attention médiatique et pour garder les informations pour lui. Par exemple, c’est un parti d’opposition qui a réussi finalement à savoir que la fermeture des restaurants à un certain moment donné n’était pas une recommandation de la santé publique, mais bien une décision politique.

Pourquoi notre premier ministre refuse-il de révéler les nouveaux critères sur lesquels il se base pour diviser le Québec en zone rouge et en zone orange ? Privés de lieux de débats, privés d’information tant les partis d’opposition que les journalistes ne peuvent questionner les décisions gouvernementales.

Bref, il est finalement plus facile de pointer du doigt les citoyens et citoyennes qui ont cédé à la tentation des partys de Noël et les voyageurs insouciants qui ont fait la fête dans un tout inclus dans le Sud que de devoir expliquer pourquoi nous faisons encore piètre figure en matière de dépistage et de traçage. Et pire encore, être obligé d’admettre que c’est l’absence d’un système de dépistage et de traçage rapide et efficace qui nous oblige à des mesures de confinement sévères. Plutôt que d’isoler quelques personnes susceptibles de propager le virus, nous nous retrouvons dans l’obligation de confiner toute une population. Et avec un premier ministre toujours prêt à pointer les quelques personnes délinquantes de la population ou l’inaction de son homologue au fédéral afin de nous faire oublier les propres lacunes de son gouvernement.

Et le pire est que sa stratégie de diversion semble fonctionner. Selon les sondages, la CAQ est très populaire.

Ce que le Canada aurait dû faire pour mieux gérer la pandémie :https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-15-18/segments/chronique/342098/covid-19-coronavirus-charles-tisseyre-confinement-depistage-tracage


Le masque N99 obtient le feu vert de la CNESST :https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1763383/masque-n-99-dorma-filtration-sherbrooke

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Jobin

Après des études en théologie et en philosophie à l'université Laval, je me suis installé dans le Bas-Saint-Laurent en 1984 pour travailler comme animateur de pastorale, puis animateur de vie spirituelle et d'engagement communautaire dans les écoles du Témiscouata. Ayant été longtemps impliqué dans mon syndicat, j'ai terminé ma carrière comme vice-président de la Centrale des syndicats du Québec, ce qui m'a conduit de 2009 à 2015 à résider à Montréal, mais également à parcourir le Québec. Aujourd'hui à la retraite, je suis de retour à Sainte-Hélène de Kamouraska où j'essaie de me rendre un peu utile dans ma communauté.
Cet article a été publié sous le thème Hors catégorie.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Après des études en théologie et en philosophie à l'université Laval, je me suis installé dans le Bas-Saint-Laurent en 1984 pour travailler comme animateur de pastorale, puis animateur de vie spirituelle et d'engagement communautaire dans les écoles du Témiscouata. Ayant été longtemps impliqué dans mon syndicat, j'ai terminé ma carrière comme vice-président de la Centrale des syndicats du Québec, ce qui m'a conduit de 2009 à 2015 à résider à Montréal, mais également à parcourir le Québec. Aujourd'hui à la retraite, je suis de retour à Sainte-Hélène de Kamouraska où j'essaie de me rendre un peu utile dans ma communauté.

Autres articles par le(la) même auteur(e)

1 commentaire

  1. avatar Par : Éliane Vincent

    Merci pour cet article exhaustif et nuancé. Concentrés sur nos nombrils en ces temps difficiles, il est bon d’avoir une vue d’ensemble comme celle que vous proposez, pour ne pas perdre de vue que, si chacun fait de son mieux, ce mieux n’est pas toujours suffisant.

    La modestie et la remise en question de nos propres actions sont un signe d’intelligence et de sagesse. Nous devrions toujours nous en souvenir… y compris – peut-être même surtout – lorsqu’on a le privilège de siéger au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.