Entre les deux rives….

Depuis quelques années, les bateaux entre les deux rives du St-Laurent naviguent sur des eaux troubles… soient l’Héritage à Trois-Pistoles et Le Trans-St-Laurent à Rivière-du-Loup. Après une bonne et longue mobilisation des citoyens/nes des Basques, appuyées, j’espère aussi, par toute la région, l’Héritage a pu être rénové et remis à flot! Il semble que la récente saison du traversier a été excellente, c’est tant mieux!

Maintenant, l’incertitude plane surtout sur l’avenir de la traverse Rivière-du-Loup- St Siméon, depuis que la Société des traversiers du Québec(STQ) a décidé de faire réaliser une étude d’opportunité sur l’avenir de cette traverse….Selon les perspectives de cette étude, tous les scénarios pourraient être sur la table, dont le déménagement de la traverse à Cacouna…Les résultats de cette étude devaient être connus au printemps 2022, mais ceux-ci seront assurément reportés, puisqu’un nouvel appel d’offres a été lançé pour la réalisation de celle-ci…Par contre la Compagnie Clarke a vu son contrat pout la traverse renouvelé jusqu’en 2025.

Plus d’ouverture….

La ville de Rivière-du-Loup monte aux barricades pour défendre activement la Traverse, pour son impact économique et son côté patrimonial, car celle-ci existe depuis plus de 100 ans. Un conseiller technique et stratégique a été engagé pour faire valoir l’importance de conserver cette traverse, un sondage avec une certaine orientation a été réalisée….et une mobilisation citoyenne s’amplifie. Pourrrions-nous regarder l’avenir de la Traverse avec plus d’ouverture….D’ailleurs les résultats de la consultation des membres de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup sont relativement plus nuancés. Dans une vision plus régionale, dans un objectif de favoriser réellement une traverse à l’année, le déménagement à Gros Cacouna pourrait-elle être intéressante et plus réaliste, en fonction des infrastructures disponibles: avec son port de mer plus protégé, avec une infrastructure routière plus favorable, particulièrement pour le camionnage. De ce côté, je ne suis pas sûr que les gens de La Pointe apprécieraient l’augmentation de la circulation, avec une traverse à l’année…

Rivière-du-Loup craint pour des pertes économiques avec un tel transfert, cela n’est-il pas à démontrer réellement, compte tenu de la force d’attraction de Rivière-du-Loup, au niveau touristique. Cela ne pourrait-il pas donner lieu d’ailleurs à un réaménagement intéressant du secteur maritime pour lui donner un cachet plus intéressant, une vocation unique et une nouvelle force d’attraction, comme lieu de rassemblement… Avec une traverse à l’année, c’est l’économie des 2 rives et des 2 régions qui pourrait davantage en profiter. J’insiste pour dire qu’il faut garder une ouverture devant tous les scénarios. Bien sûr, il y a aussi tous les coûts comparatifs de ceux-ci qui devront être analysés. C’est sur cette orientation de traverse à l’année que nous devrions vraiment miser pour une mobilisation régionale et l’évaluation de ce qui serait plus favorable pour sa réalisation.

Pour un esprit plus régional…

Dernièrement Sylvie Vignet, ex-mairesse de Rivière-du-Loup exprimait sa vision de la région, en mentionnant l’idée d’une MRC, une Ville. Pour cela, il faudra drôlement avancer sur un esprit plus régional! Pour moi, cela ne doit pas se traduire par un territoire uniquement orienté vers la Ville centre, mais une sensibilité et un développent favorisé sur l’ensemble de ce territoire. Parfois, je crains un peu le côté chauvin présent à Rivière-du-Loup. Certains exemples, mêmes mineurs, peuvent démontrer celui-ci. Ainsi, je suis resté surpris d’un récent texte d’InfoDimanche qui mettait en valeur un nouveau gin créé par « un louperivois d’origine » installé dans la région de l’Estrie….Je rappelle l’existence avec fierté d’une microdistillerie dans la région, à St -Arsène, qui a gagné de nombreux prix. Oui, c’est vrai que l’on en parle aussi dans les médias régionaux, mais le récent article me paraissait un peu démesuré comme ampleur…

J’ai adopté la région depuis de nombreuses années. Par mon travail, je m’y suis investi pour le développement de celle-ci, particulièrement au niveau social, mais aussi sur le plan socio-économique. Je suis fier d’habiter ici, en ayant fait le choix de vivre en milieu rural, près d’une ville centre intéressante et vivante comme Rivière-du-Loup. Cette fierté, cette sensibilité face à ce qui se passe sur le territoire, et de la préoccupation de développement, ne doivent-elles pas exister pour l’ensemble de notre territoire de MRC, du KRTB et de toute la région du Bas-St-Laurent.

avatar

À propos de l'auteur : Raymond Cadrin

Membre du c.a. de Communications Communautaires des Portages (CCDP) depuis plusieurs années, j'ai la conviction que l'action citoyenne est source d'initiatives et d'influence déterminantes dans le devenir d'un milieu, d'une communauté. "Nous avons notre mot à dire sur ce qui nous concerne!"
Cet article a été publié sous le thème Hors catégorie.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

1 commentaire

  1. avatar Par : Éliane Vincent

    Merci pour cette présentation nuancée d’un dossier épineux.

    Le chauvinisme est très uniformément répandu dans chaque recoin de cette jolie planète, et faire un effort pour transcender cette inclination demande un effort intellectuel qu’il est facile de noyer dans l’émotion.

    On souhaite bonne réflexion à tous les intervenants dans ce dossier!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.