Tous piétons !

Il y a quelques mois, j’ai participé à une consultation publique en ligne organisée par Piétons Québec, un organisme public qui vise à faire la promotion des avantages de la marche et des enjeux liés à la sécurité. Selon la SAAQ, 64 piétons en 2019 et 51 et 2020 ont été tués sur nos routes. Pour nos aînés, ce sont en moyenne 45qui se font frapper chaque mois en marchant et 2 qui en meure.

Avec le retour à l’école et les élections municipales qui approchent, j’ai envie de prendre le temps de faire un tour rapide des mesures que l’organisme propose en plus d’ajouter quelques éléments de ma propre expérience piétonnière.

Pour les municipalités

L’un des enjeux les plus importants est de réduire la vitesse. Cette mesure augmente les chances de survie en cas de collision (25 % à 50 km/h contre 90 % à 30 km/h) en plus de réduire le temps de réaction et la distance de freinage.

Malheureusement, de simples panneaux de limite de vitesse ne suffissent pas. Par exemple, selon des données de la ville de Québec, 85 % des conducteurs vont conduire à 51 km/h en moyenne dans une zone de 30 si on ne met aucune autre contrainte. Des mesures comme la réduction de la voie ou l’ajout de dos-d’âne tendent à être plus efficaces.

D’autres mesures comme améliorer la visibilité des passages sécurisés, rendre certains secteurs à sens unique, séparer les trottoirs de la route par de la verdure, détourner la circulation hors des zones à risque, interdire les virages au feu rouge à certains endroits ou réduire le temps de traversée avec des saillies ou ilots refuges sont aussi options intéressantes.  

Il importe de ne pas oublier que certaines personnes se déplacent plus lentement que la moyenne et, par conséquent, que le temps de traversée aux lumières ne doit donc pas être trop court.

Un autre point important est l’entretien adéquat en hiver. Il existe des plans où il est possible de planifier le déneigement de manière à ne pas oublier les piétons (prioriser certaines zones, déneiger un côté partout avant de revenir faire le deuxième trottoir, etc.).

Étant une personne qui utilise souvent un chariot pour transporter mon épicerie, je peux confirmer que les gens au déneigement n’ont pas toujours la même vision d’un trottoir dégagé qu’une personne vulnérable pourrait avoir. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû enjamber un tas de neige dans le milieu d’une descente de trottoir ou que j’ai dû soulever mon chariot pour libérer la slush prise en dessous, ce qu’une personne âgée avec un chariot ou un parent avec certaines poussettes ne pourraient pas nécessairement faire. Et je ne parle même pas de l’état des rampes pour handicapé. e. s…

Lorsqu’une rue est refaite, la municipalité devrait aussi considérer comment les nouveaux aménagements supportent l’hiver (surélever les passages piétons pour éviter la glace, placer le mobilier urbain pour qu’il soit accessible sans nuire au déneigement, considérer la réaction des matériaux à la glace et au sel, etc.).

Pour les conducteurs

Quelques rappels :

  1. Un passage piéton est un arrêt obligatoire (s’il y a un piéton).
  2. Le Code de la route stipule qu’il faut attendre que le piéton soit rendu sur l’autre trottoir avant de redémarrer à un passage piéton. La raison ? Si les véhicules de l’autre voie n’arrêtent pas, la personne pourrait avoir à reculer dans votre voie. J’ajouterais aussi que les jours de fortes tempêtes, un piéton qui devrait escalader un banc de neige pourrait glisser sous vos roues (ça a failli m’arriver).
  3. Si vous amenez votre enfant à l’école en voiture, arrêtez-vous au même endroit que si vous descendiez aussi. Ne vous arrêtez pas sur un passage-piéton. N’entrez pas dans la cour d’école, le débarcadère d’autobus ou le stationnement des employé.e.s. Les véhicules des parents sont la source #1 de danger pour les élèves qui marchent (du moins dans mon expérience). Vérifiez avec l’école à quel endroit vous pouvez faire descendre sécuritairement votre enfant si vous n’être pas sûr.e.
  4. Faites signe aux piétons que vous les avez vus et arrêtez-vous complètement à l’endroit approprié. Ne continuez pas à avancer doucement en vous disant que le piéton vous a vu ralentir. Le piéton ne sait pas si vous ralentissez pour lui ou pour autre chose.
  5. Réduisez votre vitesse dans les zones avec beaucoup de piétons. Vous aurez ainsi plus de temps pour éviter les gens que vous pourriez avoir manqué et vous causerez moins de blessures.
  6. En hiver ou dans les endroits où il n’y a pas de trottoir, ralentissez et laissez un dégagement d’au moins un mètre avant de dépasser un piéton. Vous aurez moins de chance de les frapper s’ils se déplacent vers la route en plus de réduire les chances de les arroser de slush.
  7. Les aménagements comme les saillies ou les dos-d’âne sont là pour forcer tout le monde à ralentir, pas pour être une attaque contre les voitures. Les conducteurs ne sont pas le centre de l’univers, les piétons méritent aussi de se rendre rapidement et de manière sécuritaire là où ils.elles veulent aller.
  8. Ne vous laissez pas distraire. Beaucoup de choses se passent autour de vous. Même si vous n’êtes pas la cause d’une collision, votre voiture causera plus de dommage à un piéton que le contraire.

Pour les piétons

Voici quelques trucs pour réduire le risque d’accident :

  1. Attendez l’immobilisation complète du véhicule et, idéalement, recherchez le contact visuel avec l’automobiliste avant de traverser. Je sais, on est tous pressés, mais ce n’est pas parce qu’une voiture ralentit que le conducteur vous a vu (j’ai une tonne d’anecdotes où une personne qui avait ralenti à distance s’est mise à accélérer juste avant d’arriver au passage piéton !).
  2. Traversez aux endroits appropriés même si ça vous fait faire un détour. Si les conducteurs doivent respecter les règles pour le bien commun, les piétons le doivent aussi. Si les gens ne s’attendent pas à vous voir surgir entre deux voitures stationnées, vous vous mettez à risque.
  3. Utilisez les trottoirs dans les stationnements lorsqu’ils sont disponibles. Un détour vaut mieux que de passer derrière des véhicules qui pourraient reculer sans vous voir.
  4. Restez visibles. Ajoutez des bandes réfléchissantes si nécessaire.
  5. Si vous le pouvez, équipez-vous avec de bonnes bottes avec des semelles qui ne glissent pas facilement ou avec des crampons. Si vous avez de légères difficultés d’équilibre, un bâton de marche peut aussi aider.
  6. Des bottes de pluie ou des souliers résistants à l’eau sont aussi une bonne option, question de ne pas être dérangé.e par les trous d’eau.
  7. En hiver, un pantalon de neige peut être très utile si vous avez le choix entre marcher dans de la neige fraîche ou dans la rue (ou encore, si vous avez à escalader un banc de neige par jour de tempête). En plus d’aider à se garder au chaud.
  8. Aidez à taper correctement la neige dans les sentiers ou sur certains trottoirs à risque de gel. Parfois, un trottoir bien nettoyé (et glacé!) est plus dangereux qu’un chemin de neige.
  9. Si vous écoutez de la musique, vous pouvez bloquer le maximum de l’appareil de manière à pouvoir quant même entendre le trafic. Ou encore, ajustez les paramètres pour pouvoir ne porter qu’un seul écouteur.

Conclusion

Comme se plait à le rappeler l’organisme, nous sommes tous piétons à un moment ou un autre de notre vie. Ce groupe se compose d’élèves, de personnes âgées, de gens qui utilisent les transports en commun, de gens qui n’ont pas de voiture (volontairement ou pas), mais également de conducteurs qui doivent parcourir la distance entre le stationnement et l’endroit où ils.elles souhaitent se rendre.

Les solutions existent diminuer le nombre d’accidents, mais nous devons tous jouer notre rôle.

Références :

Piétons Québec demande aux municipalités du Québec d’agir afin de rendre les milieux de vie plus sécuritaires pour les piétons, communiqué du 4 août 2021, https://www.pietons.quebec/communique-presse/2021/pietons-quebec-demande-municipalites-quebec-dagir-afin-rendre-les-milieux

Fiche éducative Apaiser la circulation et sécuriser les intersections dans nos milieux de vie, https://www.pietons.quebec/outils/2021/apaiser-circulation-securiser-les-intersections-nos-milieux-vie

Piétons toujours https://www.pietons.quebec/pietonstjrs

avatar

À propos de l'auteur : Geneviève Malenfant

Je suis originaire de l’Abitibi et j’ai fais mes études à Montréal. J’habite Rivière-du-Loup depuis presque 5 ans. Je travaille comme audiologiste (je fais des tests d’audition). Je m’implique auprès des Pétroliques anonymes, un organisme qui lutte conte la dépendance au pétrole, parce que je crois fermement que la meilleure façon de faire faire au plus grand défi de notre ère, c’est ensemble. Je tiens une chronique de littérature jeunesse dans la Rumeur du Loup parce qu’aimer lire, c’est savoir trouver le bon livre, et qu’aimer lire permet d’ouvrir toutes les portes de la vie. Je participe régulièrement au Cabaret Kérouac et j’assiste à de multiples événements culturels parce que la culture, c’est la vie à son meilleur! Je vais donc vous entretenir en vrac des sujets qui me tiennent à cœur: la protection de l’environnement, la promotion de la santé, la culture sous toutes ses formes, l’implication citoyenne, le féministe, etc. Au plaisir de jaser avec vous!
Cet article a été publié sous le thème Environnement, Hors catégorie, Santé et mieux-être, Sociales et communautaires.
Ajouter le permalien à mes signets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.