Questions féministes

Souvent quand on écrit un blogue, on a l’impression de devoir répondre à une question plutôt qu’en poser. On cherche à défendre un point de vue ou à éclairer une réflexion. Mais parfois, des questions surgissent sans être suivies de leur réponse. Ce n’est pas pour rien que la philosophie existe après tout !

En cette journée internationale des droits des Femmes, je vous offre un survol de mes questions féministes et de mes réponses très incomplètes !

Quand pourrons-nous enfin arrêter de justifier l’importance de cette journée ?

Chaque année, c’est la même chose… On entend des gens se plaindre que l’égalité est acquise ici, qu’on se plaint le ventre plein, que c’est donc bien pire ailleurs… Évidemment, c’est mieux maintenant qu’avant et c’est mieux au Québec qu’ailleurs. Personne ne prétend le contraire.

Mais mieux ne signifie pas assez. Je pense à cette entrevue de Valérie Plante aux Coulisses du pouvoir ce matin au sujet de la difficulté pour une femme d’être prise au sérieux comme un homme. Avoir des femmes en politique, c’est génial. Réussir à en recruter de manière constante sans effort et réussir à en faire réélire sur une base régulière, c’est mieux. Arriver à un point où il y a assez de femmes en politique pour que chacune soit critiquée selon ses idées et sa personnalité propre et non parce qu’elle est une femme, c’est l’idéal.

Comment balancer les petites et les grandes actions ?

C’est toujours le grand débat dès qu’on parle de militantisme. Trouver un équilibre entre les actions de grande envergure, mais difficiles à organiser, et les petites actions accessibles, mais de petite portée. J’ai l’impression que, même s’il vaut mieux de trop petite action que pas d’action pantoute, la réponse est qu’il faut se battre collectivement sur les deux fronts.

Je pense par exemple au changement du Code civil qui a permis aux femmes de donner leur nom de famille à leurs enfants. Cette mesure figurait au milieu d’autres changements beaucoup plus significatifs. Ça aurait été difficile de mobiliser les gens uniquement sur une question des noms de famille. Mais même si seulement entre 10 et 25 % de la population ont donné les deux noms ou uniquement celui de la mère chaque année, ça a marqué les esprits. Porter aussi le nom de sa mère, ça ne change pas le monte, sauf que… laisser une trace dans l’histoire, transmettre son nom, ce n’est pas si banal. Si vous voulez poussez la réflexion sur le sujet, je vous conseille le balado le nom de ta mère : https://transistor.media/nos-balados/le-nom-de-ma-mere/

C’est un équilibre délicat. Une action trop banale sera ridiculisée ou ignorée. Mais on ne peut pas tout transformer en claquant des doigts non plus, il y a des étapes à suivre. Certaines actions vont devenir des emblèmes plus grands que la cause et d’autres ne font pas de bruit sur la place publique, mais sont importantes sur le terrain ou à long terme. Il faut bien réfléchir avant de choisir le projet dans lequel mettre son énergie, mais peu importe, il y aura des points positifs et des points négatifs.

Comment convaincre plus de femmes d’oser ?

Après avoir écouté l’entrevue de Valérie Plante où elle racontait qu’elle s’était lancée en politique après un atelier du Groupe Femme, Politique et Démocratie, je me questionne sur pourquoi nous avons tant de craintes à nous lancer à l’eau. L’éducation y est sans doute pour quelque chose. Les plus grandes obligations familiales aussi. Les commentaires désobligeants, les menaces et les questions idiotes qui surgissent trop souvent dès qu’une femme est mise de l’avant aussi probablement.

Je note le même problème dans mes engagements en environnement ou dans mon syndicat. Les membres sont majoritairement féminins. Pourtant, le poste de présidence est souvent occupé par un homme. Ce n’est pas mal en soit, mais c’est quant même étrange, non ?

Comment réussir à attirer des hommes dans les activités traditionnellement réservées aux femmes ?

La partie où les femmes font des métiers traditionnellement réservés aux hommes progresse bien. Bien sûr, il reste encore du chemin à faire pour que les conditions de travail soient similaires (une ligne de hockey professionnel où les femmes seraient payées, par exemple…)

Néanmoins, la conversation commence vraiment à changer (je pense à la pub de Gilette https://www.youtube.com/watch?v=UYaY2Kb_PKI). Et c’est super. Mais, quant même, il reste plus facile pour une fille de dire qu’elle veut devenir mécanicienne ou peintre en construction que pour un garçon de dire qu’il veut être éducateur à la petite enfance ou coiffeur. Pourtant, aucun de ses métiers ne devraient être genrés.

Du côté des loisirs, j’aimerais particulièrement savoir comment modifier l’attitude des garçons envers la lecture. Souvent, on blâme les enseignantes qui choisiraient supposément « des livres de filles ». Mais on parle rarement de l’importance d’avoir des modèles masculins qui lisent. On parle peu de l’importance pour les garçons de voir leur père ou d’autres adultes lire (même un journal, un livre de non-fiction ou un guide de l’auto). On ne parle pas non plus de comment recruter plus d’hommes en enseignement au primaire.

Dire aux filles qu’elles peuvent faire les choses indépendamment de leur genre, c’est bien. Mais les garçons doivent entendre le même discours. Comme le dit Élise Gravel, Tu peux ! http://elisegravel.com/blog/tu-peux-un-livre-gratuit-pour-enfants/

Quelques suggestions en vrac

— Pouce levé à l’équipe du Fabbulle Lab du Cégep pour avoir organisé en septembre une fin de semaine de réflexion sur les 17 objectifs de développement durable de l’ONU et, surtout, pour y avoir attaché 17 Fabuleuses de la région ! https://fabbulleuxmix.fabbulle.tech/

-Portrait de 5 femmes qui agissent pour le climat : https://unpointcinq.ca/sinspirer/femmes-inspirantes-climat/

-Une balado sur les femmes et les changements climatiques au Québec : https://unpointcinq.ca/mieux-etre/balado-femmes-changements-climatiques-acclimatees/?fbclid=IwAR3L1oSc2WPSlEKwP1n7YzP5MC0KOo2yjcQlA-Hlc6hbL7YdD9xQnRhiny0#utm_source=facebook&utm_medium=article&utm_campaign=mars2020

— Entrevue avec la ministre de la Condition féminine : https://ici.radio-canada.ca/tele/tout-le-monde-en-parle/site/segments/entrevue/157966/guy-lepage-isabelle-charest-violence-conjugale-ministre-feminicide

— La définition du féministe par Rebecca Deraspe : https://savoir.media/lexique-de-la-polemique/clip/feminisme

— La série The Marvelous Mrs Maisel sur Amazon Prime, qui parle du parcours d’une américaine (fictive) qui devient humoriste dans les années 60.

– La première partie du balado de la série Brooklyn 99 avec le comédien Terry Crew est vraiment intéressante. Il y parle de son expérience avec le mouvement MeToo en tant que victime. Il fait aussi des parallèles entre la lutte contre le sexisme et celle contre le racisme. Seulement disponible en anglais : https://podcasts.google.com/?feed=aHR0cHM6Ly9yc3MuYXJ0MTkuY29tL2Jyb29rbHluLW5pbmUtbmluZS10aGUtcG9kY2FzdA&episode=Z2lkOi8vYXJ0MTktZXBpc29kZS1sb2NhdG9yL1YwL3V5Y2xVZjZRWWR4NnhwbW40Ymd2c0ZyTjNkM0RDOTU4UzcwRWVkSGF3RU0&hl=fr-CA&ved=2ahUKEwjwh4DI5IvoAhVDYjUKHaCiC_UQjrkEegQIBRAI&ep=6

avatar

À propos de l'auteur : Geneviève Malenfant

Je suis originaire de l’Abitibi et j’ai fais mes études à Montréal. J’habite Rivière-du-Loup depuis presque 5 ans. Je travaille comme audiologiste (je fais des tests d’audition). Je m’implique auprès des Pétroliques anonymes, un organisme qui lutte conte la dépendance au pétrole, parce que je crois fermement que la meilleure façon de faire faire au plus grand défi de notre ère, c’est ensemble. Je tiens une chronique de littérature jeunesse dans la Rumeur du Loup parce qu’aimer lire, c’est savoir trouver le bon livre, et qu’aimer lire permet d’ouvrir toutes les portes de la vie. Je participe régulièrement au Cabaret Kérouac et j’assiste à de multiples événements culturels parce que la culture, c’est la vie à son meilleur! Je vais donc vous entretenir en vrac des sujets qui me tiennent à cœur: la protection de l’environnement, la promotion de la santé, la culture sous toutes ses formes, l’implication citoyenne, le féministe, etc. Au plaisir de jaser avec vous!
Cet article a été publié sous le thème Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.