Libertés de conscience et de religion

Des notions relativement récentes

Il n’y a pas si longtemps, la religion de l’empereur ou du roi était impérativement celle du peuple, toute dérogation pouvant être perçue comme une trahison du pouvoir en place et une menace pour la société. Sans refaire l’histoire du concept des libertés fondamentales de conscience et de religion qui a émergé à travers l’histoire, notamment à travers les guerre de religion qu’a connues la France, nous pouvons constater que cette prise de conscience est relativement nouvelle dans l’histoire de l’humanité.

Elle s’est imposée non seulement au pouvoir civil, mais progressivement aux différentes institutions religieuses. Chez les catholiques, on peut probablement dire que c’est le Concile Vatican II qui a consacré le principe de la liberté religieuse dans une institution qui avait résisté longuement aux concepts des droits humains. Cette prise de conscience se fait également dans le monde musulman, quoique peut-être à un rythme différent :

« La situation actuelle des sociétés arabo-musulmanes, caractérisée généralement par un relâchement relatif de la contrainte sociale et par l’accès progressif de couches de plus en plus larges au savoir et à la parole, donc à plus de liberté et de responsabilité, ne signifie-t-elle pas, au contraire, que les conditions du retour à un islam purifié sont plus favorables que jamais ? Le nombre de vrais musulmans sera en toute hypothèse moins élevé. Mais, en contrepartie, quel réconfort de ne retrouver que des croyants convaincus qui font un choix libre d’adhésion à l’islam et qui n’en rendent compte qu’à Dieu et à leur conscience ! » Abdelmajid Charfi, La pensée islamique, rupture et fidélité, Albin Michel, page 119.

Ce penseur réformiste musulman n’est pas non plus sans souligner les dangers d’une dérive islamiste et intégriste dans certains pays de confessions musulmanes.

Bref, l’idée que la foi véritable nécessite une adhésion libre et volontaire et ne saurait en aucun cas faire l’objet d’une contrainte extérieure à la personne fait tranquillement son chemin à travers notre époque. L’idée que l’État ne saurait dicter une ou des croyances à ses citoyens et ses citoyennes et ne saurait non plus exercer une quelconque discrimination envers eux et elles sous des motifs religieux est à la base même du principe de la laïcité.

Comprendre le concept de liberté

Et pourtant ce concept de liberté de conscience et de religions ne semble pas toujours bien compris. Peut-être vous est-il arrivé de lire l’affirmation suivante à propos des femmes musulmanes qui affirment porter le voile librement : «Mais si elles sont libres de le porter ou non, pourquoi ne pas l’enlever lorsqu’elles vont travailler ?» En apparence cela semble logique.

C’est cependant mal comprendre le concept de liberté. On ne change pas de convictions morales ou religieuses comme on change de chemise le matin pour aller travailler. La liberté de conscience et de religion ne suppose pas l’absence de toute contrainte. Cependant l’adhésion à ces contraintes est choisie librement sans pression extérieure à la personne (ce qui ne veut pas dire sans influence extérieure). Affirmer porter le voile librement ne signifie pas qu’elles ne perçoivent pas une obligation religieuse ou morale à le faire. Et ces convictions religieuses et/ou morales peuvent évoluer avec le temps, comme les pratiques qui les accompagnent.

Certes, il n’est pas toujours facile pour des personnes de notre culture religieuse de comprendre ces différents pratiques. Par exemple, de nombreuses croyances religieuses prônent différents interdits notamment à propos des aliments. La viande en général dans le sikhisme, l’hindouisme et le bouddhisme, le porc chez les juifs et les musulmans, l’alcool chez les musulmans, etc. Dans le Deuxième livre des Macchabées, on raconte l’histoire de sept frères juifs et de leur mère qui ont préféré mourir dans d’atroces souffrances plutôt que de manger du porc. Évidemment, la persécution, dont les juifs de cette époque étaient victimes, allait bien au delà du fait de les forcer à manger du porc.

Cette posture d’un très grand respect envers la vie prêchée par certaines religions est adoptée par de nombreuses personnes qui se réclament du véganisme. Et pour les plus convaincues d’entre elles, vous ne leur ferez pas manger de la viande sous aucun prétexte. On peut certes penser ici que les convictions sont plus de l’ordre de la conscience morale que des prescriptions religieuses, mais dans un cas comme dans l’autre, elles sont dignes de respect et on ne peut demander à la personne de les vivre à temps partiel.

«Ma conscience n’oblige que moi»

Voilà un point fort important qu’on a tendance à négliger dans les débats. Si je vous dis que la fidélité conjugale est fondamentale pour moi, cela dicte mon comportement et non le vôtre. Je ne suis pas non plus en train de prôner une intervention de l’état ou de la loi dans les cas d’adultère. Je ne tiens pas non plus à ce qu’on retourne à l’époque où les lois faisaient en sorte que demander le divorce était pratiquement chose impossible.

Régulièrement, nous sommes confrontés à des choix moraux. Sous peine de rester paralysé, il nous faut bien choisir en fonction de notre conscience et seulement en fonction de notre conscience. Bien sûr la loi encadre et limite certains de nos comportements. La pédophilie ainsi que le meurtre sont des crimes.

Cependant dans certaines occasions, on va reconnaître le bien fondé de l’objection de conscience à l’égard de certaines exigences de la loi. Ainsi les personnes qui refusent de participer à des activités militaires alors que la loi de leur pays les y oblige. Bien sûr, il y a souvent un prix à payer pour ces objecteurs de conscience. Et ces personnes acceptent de le payer au nom de la valeur suprême qu’elles accordent à leur conscience et de ce qu’elles jugent bien.

Bref, si ma conscience n’oblige que moi, elle n’en comporte pas moins des obligations réelles. Et on ne peut me reprocher d’exprimer ce que me dicte ma conscience dans la mesure où je dois aussi avoir le même respect pour la liberté de conscience de l’autre.

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Jobin

Après des études en théologie et en philosophie à l'université Laval, je me suis installé dans le Bas-Saint-Laurent en 1984 pour travailler comme animateur de pastorale, puis animateur de vie spirituelle et d'engagement communautaire dans les écoles du Témiscouata. Ayant été longtemps impliqué dans mon syndicat, j'ai terminé ma carrière comme vice-président de la Centrale des syndicats du Québec, ce qui m'a conduit de 2009 à 2015 à résider à Montréal, mais également à parcourir le Québec. Aujourd'hui à la retraite, je suis de retour à Sainte-Hélène de Kamouraska où j'essaie de me rendre un peu utile dans ma communauté.
Cet article a été publié sous le thème Sociales et communautaires.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Après des études en théologie et en philosophie à l'université Laval, je me suis installé dans le Bas-Saint-Laurent en 1984 pour travailler comme animateur de pastorale, puis animateur de vie spirituelle et d'engagement communautaire dans les écoles du Témiscouata. Ayant été longtemps impliqué dans mon syndicat, j'ai terminé ma carrière comme vice-président de la Centrale des syndicats du Québec, ce qui m'a conduit de 2009 à 2015 à résider à Montréal, mais également à parcourir le Québec. Aujourd'hui à la retraite, je suis de retour à Sainte-Hélène de Kamouraska où j'essaie de me rendre un peu utile dans ma communauté.

Autres articles par le(la) même auteur(e)

1 commentaire

  1. avatar Par : Éliane Vincent

    Quelle superbe démonstration de la nécessité de comprendre.

    La foi est un phénomène complexe qui peut à la fois mener à l’ouverture à l’autre tout autant qu’à un repli sectaire malsain. Les exemples de dérives religieuses sont nombreux, mais les exemples de générosité et de dévouement le sont tout autant, et ils transcendent souvent les barrières entre les religions.

    C’est quand ils sont à l’écoute du cœur de l’autre que les humains sont les plus humains. Et le cœur n’a pas de barrières.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.