Il faut se parler d’argent

Pourquoi faut-il se parler d’argent? Parce qu’on n’en parle pas assez.

C’est même un sujet tabou dans plusieurs couples, comme le démontre une étude du Fonds de solidarité FTQ1, dans laquelle on peut voir qu’il est plus tabou de parler d’argent que de parler de sexe ou de politique pour 48% des foyers québécois.

Q1 Que vous soyez en couple ou non, d'après vous, quel sujet est le plus tabou à aborder avec votre conjoint(e)? 
48% Argent
28% Sexe
25% Politique

Source : Fonds de solidarité FTQ (2018), Les Québécois et l’épargne, p. 30.

Dans cette même étude, on constate aussi que la consultation du compte bancaire est une source d’anxiété, d’insécurité, de déprime et de tristesse chez de nombreux Québécois2.

Avec la crise actuelle et ses impacts sur les finances des ménages, la situation ne s’est probablement pas améliorée.

Parler d’argent est une façon de faire diminuer l’anxiété ou l’insécurité relativement à ses finances personnelles. Ce n’est pas toujours une discussion facile à avoir avec son conjoint ou sa conjointe, mais c’est une discussion nécessaire. Éviter d’aborder la question de l’argent, de peur de provoquer une chicane dans le couple, c’est comme acheter à crédit, on ne fait que reporter le problème à plus tard, avec intérêts!

Bien entendu, tout dépendant de votre relation avec votre partenaire, la discussion peut être plus ou moins complexe. Faire appel à un conseiller budgétaire ou un autre spécialiste en finance peut vous permettre de traverser ce défi en étant accompagné.

Puisque l’argent n’est pas un sujet à prendre à la légère, ce n’est pas une conversation à entamer sur l’oreiller ou en faisant le souper. Choisissez un moment propice où vous serez tous les deux disponibles, physiquement et mentalement, pour aborder la question.

Parler d’argent n’est pas seulement une difficulté pour les couples. Les personnes vivant seules doivent aussi aborder la question. Parler d’argent, ça se fait aussi avec soi-même! Comment? En faisant son budget.

Que ce soit pour un couple ou pour soi, il est important de faire le point sur ses finances régulièrement. Éviter le problème quand notre budget est déficitaire ou ne pas se préoccuper de ses finances quand on balance à la fin du mois peut rapidement devenir problématique lorsqu’un imprévu survient.

Faire son budget a de multiples avantages : savoir exactement où son argent est dépensé, planifier des projets à long terme, se garder un fonds d’urgence, mieux contrôler ses dépenses, diminuer l’insécurité financière, etc.

Que ce soit pour faire son premier budget ou pour le structurer davantage, plusieurs outils budgétaires existent. L’ACEF du Grand-Portage en a d’ailleurs développé un, disponible en ligne et en application mobile : https://www.budgetenligne.net/. L’outil se veut clair et complet pour vous aider à reprendre le contrôle sur vos finances. Les conseillers et conseillères budgétaires de l’ACEF peuvent aussi vous accompagner pour faire ou revoir votre budget.

Il y aurait beaucoup d’autres éléments à aborder, dont il faudrait se parler, au sujet du budget, de l’endettement, de la protection des consommateurs, de la défense des droits, etc. Il faudra s’en parler, une prochaine fois!

___________________________________________________

Références :

1 Fonds de solidarité FTQ (2018). Les Québécois et l’épargne. En ligne. 48 p. Consulté le 3 juin 2020. https://www.fondsftq.com/particuliers/-/media/EspaceEpargnant/Images/Contenu/Epargne-simplifie/Autre/les-quebecois-et-l-epargne.pdf?la=fr-CA.

2 Fonds de solidarité FTQ (2018). Les Québécois et l’épargne, p. 10.

avatar

À propos de l'auteur : ACEF du Grand-Portage

L’Association Coopérative d’Économie Familiale (ACEF) est un organisme spécialisé en finances personnelles et en protection du consommateur. Depuis 1990, elle dispense des services dans les domaines du budget et de l’endettement pour aider les individus et les familles à améliorer leur santé financière. De plus, l’ACEF du Grand-Portage, comme groupe d’intervention en consommation, voit à la protection, la défense et l’éducation des consommateurs. L’ACEF travaille en collaboration avec les organismes du milieu, l’Office de la protection du consommateur, les associations de consommateurs et plusieurs groupes de défense de droit du Québec dans le but de défendre les droits des familles et des individus sur les plans social et économique.
Mot-clés : , , , .
Ajouter le Permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Organisme spécialisé en finances personnelles et en protection des consommateurs

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.