Et après? Qu’aurons-nous compris?

De quel sujet avais-je envie de vous entretenir?  Évidemment, la pandémie et tous les changements qu’elle entraîne dans nos vies au quotidien représente très certainement un objet de débat incontournable.  Mais des collègues blogueurs en ont parlé et j’ajouterai de manière éloquente alors y a-t-il matière à ajouter?  J’avoue que l’après-crise m’intéresse au plus haut point.  Pas tant pour l’aspect matériel des choses qui vont changer.  J’ai vu passer sur Facebook un internaute qui disait que le dimanche devrait être consacré, désormais, à une journée où nous prendrions le temps de réfléchir sur notre condition humaine.  Prendre le temps de stopper la machine ne serait-ce que 24 heures pour échanger entre nous, pour partager un repas ou pour le plus simplement du monde, prendre soin de nous.  Donc, conserver la fermeture des centres commerciaux et des grandes surfaces à tous les dimanches.  Existe-t-il des différences fondamentales entre les humains qui ont vécu dans l’Antiquité et nous?  Pourrions-nous isoler des comportements, des traits de caractère particuliers existant chez les uns et pas chez les autres?  Si nous ne voyons pas de différences fondamentales entre les humains ayant vécu à différentes époques, nous sommes cependant en mesure de reconnaître des comportements similaires entre les époques.

La peste noire ou mort noire est le nom donné par les historiens modernes à une pandémie ayant sévi au Moyen Âge, au milieu du XIVe siècle.  De 1347 à 1352, la pandémie de peste bubonique aura éliminé entre 25 % et 50 % des habitants de l’Europe.  Mais un comportement intéressant et décrit par un historien est celui d’un capitaine arrivant au port de Marseille, ne voulant pas perdre sa cargaison de tissus.   Il aurait caché le fait qu’il avait dû jeter à la mer les corps de plusieurs de ses marins morts de la maladie.  Rappelons que juste avant cette épisode, Marseille était une ville qui avait été relativement épargnée par la transmission de la maladie.  Il y a tout juste quelques semaines, nous assistions au retour de personnes provenant du Sud dont certains ont tenté de faire des achats dans des épiceries plutôt que de se placer en quarantaine comme l’exigeait les autorités de la santé publique.

Après les événements entourant l’attentat contre les tours jumelles du World Trade Center à New York, plusieurs ont pressenti que rien ne serait plus jamais pareil.  Il aura fallu un peu plus d’une année aux compagnies aériennes pour retrouver leur vitesse de croisière mais après, rien n’y paraissait.  Nous avons assisté à l’apparition de nouvelles technologies comme les logiciels de reconnaissance faciale mais les comportements humains eux n’ont pas changé.

Si les mesures de confinement et de distanciation sociale fonctionnent relativement bien dans l’ensemble des régions du Québec, nous voyons néanmoins des comportements déviants. 

Plusieurs événements pour lesquels nous sortons l’étiquette « sans précédent » se sont produits dans l’histoire du monde.  Les deux grandes guerres, la peste, le choléra, le virus de l’Ébola sans pour autant voir apparaître des changements profonds chez l’être humain.  Après la deuxième guerre mondiale et surtout le procès de Nuremberg nous avons dit : « jamais plus jamais » et pourtant…

Un fait semble indéniable sur ce qui va se passer une fois que nous serons sortis de cette crise.  Si nous ne changeons pas radicalement nos façons de faire et bien nous allons disparaître et malheureusement pour nous, je ne crois pas que nous changerons suffisamment pour inverser le processus.  Il y aura certainement une sorte de retour du Moyen Âge où les États seront tentés par une fortification autour des frontières.  Combien de temps cela durera?  Pendant combien de temps les États résisteront-ils aux formidables pressions qu’exercera le CAPITAL pour que les échanges mondiaux reprennent et plus vite qu’avant, il va sans dire.  Il y aura du profit à récupérer…

J’aurais aimé, souhaité, préféré être plus optimiste mais rien ne me permet d’entrevoir l’apparition d’un nouveau genre humain.

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Hors catégorie.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.