Allons au-delà des mots!

Dans quelques semaines, nous célébrerons la 18e édition de la Semaine québécoise des rencontres interculturelles.

La Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI) a été instituée en 2003 par le gouvernement du Québec, afin de mettre en valeur la contribution des communautés culturelles, encourager le dialogue interculturel et favoriser le rapprochement entre les Québécoises et les Québécois de toutes origines.

Le site du Ministère nous rappelle que 15,1 % de la population totale du Québec est née à l’étranger, et que depuis 1901, nous sommes passé de 25 à plus de 150 origines ethniques différentes au sein de la population québécoise. * Les choses ont ainsi fortement évolué sur le territoire en termes de diversité culturelle et linguistique ces 100 dernières années.

En 2020, la Semaine Québécoise des rencontres interculturelles, a pour thème Notre Québec en commun…

Au Bas-Saint-Laurent, des activités seront organisées (virtuellement) autour des mots, de la parole et de l’écriture, pour mettre en commun des histoires, des souvenirs, pour se raconter, se rencontrer… le français sera le véhicule de ces textes, de ces récits, de ces poèmes.

Le prétexte est créé. À travers ces ateliers nous aurons la chance de nous rencontrer.

Rencontrer l’autre, comprendre son altérité, entendre son histoire et l’écouter.

Mais aussi nous rencontrer nous-mêmes.

Retrouver notre histoire, celle qu’on se raconte dans notre tête, celle qu’on se raconte en famille, celle que l’on a dans nos cœurs, celle que l’on aimerait cacher, celles qu’on réécrit, celle qui nous fait culpabiliser, celle qu’on veut oublier, celle que l’on aimerait ne pas voir faire les manchettes, …

Et si on faisait de ce prétexte – de cette semaine de rencontres – quelque chose de plus fort que juste une semaine d’activités provinciales organisées pour l’occasion.

Des rencontres interculturelles, on peut en vivre finalement tous les jours, et nous ne sommes pas toujours outillés pour cela.

Cependant doit-on attendre la semaine des rencontres interculturelles, le Mois national de l’histoire autochtone, le mois de l’histoire des Noirs ou encore la semaine contre le racisme pour apprendre, comprendre, rendre hommage, s’ouvrir aux autres, évoluer, faire changer les pratiques et les mentalités, …?

Il existe de petits pas à faire chaque jour, et à la portée de chacun.e pour commencer à pratiquer la décentration et faire bouger son cadre de référence.

On peut commencer par des actions très simples et quotidiennes :

  • La première des choses est d’être disposé.e à écouter, avoir envie de comprendre et être curieux,
  • La deuxième est d’être ouvert.e aux opportunités d’apprentissage,
  • La troisième, pour moi, est de se tourner vers les langues étrangères…  

Pour s’ouvrir au monde, il semble important de s’intéresser à la langue que l’on parle. Il est aussi important de s’intéresser à celle(s) parlée(s) par les autres.

Plus on en apprend sur les autres langues et mieux on comprend la sienne, comment elle s’est façonnée à travers l’histoire, et comment elle nous façonne!

De nombreuses études montrent que le fait de parler plusieurs langues a des effets positifs, et ce QUELLES QUE SOIENT LES LANGUES PARLÉES… : empathie, capacité à entrer en lien avec des personnes parlant d’autres langues, capacité d’adaptation, entre autres. **

« L’esprit humain a inventé, non pas un univers cognitif, mais 7 000. »***

Plus on en apprend sur les langues, plus on va observer sa propre façon de penser et donc de voir le monde! … Je vous invite d’ailleurs à écouter cette vidéo Comment la langue façonne notre manière de penser (sous-titres et transcription en français).

Pourquoi ne pas débuter par l’écoute de podcasts sur notre langue et les autres, comme ceux de Révolution Bilingue ou de la série Parler comme jamais (Binge Radio)?

On pourra ensuite s’inspirer et trouver des activités à faire avec nos élèves, nos enfants et ados via les ressources des associations telles que Dulala et Elodil.

On pourra aussi aller découvrir des langues méconnues mais qui font partie de notre histoire… Saviez-vous par exemple qu’un portail a été créé pour apprendre le wolastoqey latuwewakon? Je vous invite à aller y faire un tour, c’est passionnant!

Je vous invite aussi à participer aux ateliers d’écriture de cette semaine,

ainsi qu’à l’appel de textes sous le thème «Notre Bas-Saint-Laurent en commun, des mots qui se rencontrent»,

et je vous souhaite de belles rencontres!

 * https://www.quebec.ca/immigration/semaine-quebecoise-rencontres-interculturelles/

** Extrait du guide Les langues de chacun, une chance pour tous – Comment faire vivre le multilinguisme dans une structure Petite Enfance ? https://www.dulala.fr/wp-content/uploads/2017/12/Dulala-PetiteEnfance-BrochureA5-ImprBuro.pdf

*** Lera Boroditsky – Conférence TED : https://www.ted.com/talks/lera_boroditsky_how_language_shapes_the_way_we_think/transcript?language=fr

avatar

À propos de l'auteur : Bérangère Furbacco

Native d’un petit village accroché à flanc de montagne, ma curiosité m’a transportée dans différents lieux. Au fil des opportunités, j’ai déposé mes bagages dans certains pays, parfois pour quelques semaines, parfois pour plusieurs années. Chacun de ces arrêts a été un fabuleux prétexte à la rencontre, des autres et de moi-même, et m'incite à questionner mon cadre de référence !
Mot-clés : , , , , , .
Ajouter le Permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Native d’un petit village accroché à flanc de montagne, ma curiosité m’a transportée dans différents lieux. Au fil des opportunités, j’ai déposé mes bagages dans certains pays, parfois pour quelques semaines, parfois pour plusieurs années. Chacun de ces arrêts a été un fabuleux prétexte à la rencontre, des autres et de moi-même, et m'incite à questionner mon cadre de référence !

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.