Vivre l’hiver….et vivre sa mort….

Je vous le dis tout de suite, il n’y pas de lien dans ce titre, seulement 2 sujets! Bien sûr, certaines personnes vivent l’hiver en ayant froid à mort!

Il faut reconnaître au départ que l’hiver est parfois difficile avec son froid mordant, ses vents à écorner les boeufs, son verglas et redoux, ses conditions routières….

Mais l’hiver est aussi beau avec ses paysages impressionnants et lumineux. Cela ne donne rien de maugréer contre l’hiver, celui-ci est là et il vaut mieux en profiter… Des conditions essentielles: il faut bouger( peu importe le type d’activités) et s’habiller de façon approprié.

Il est bon aussi d’adapter aussi nos activités à la température du jour, et en considérant le facteur vent, comme de faire de la raquette en forêt par un temps venteux. Je veux féliciter ici les organisations qui dans  différentes régions  contribuent à animer nos hivers…. que cela soit par les infrastructures de sports (ski de fond, patinoires, glissades…..) comme dans les multiples fêtes d’hiver qui sont aussi des lieux de rassemblement intéressants. Il est bon de constater aussi l’effort de certaines villes, de rendre vraiment accessibles et à proximité plusieurs activités, ce qui est un incitatif à en profiter…

Pour passer du temps dans la région des Laurentides cet hiver, je suis assez impressionné de réaliser comme cette région est un grand terrain de jeu. Compte tenu peut-être, de sa vocation touristique hivernale, j’entends peu de personnes, ici, qui maugréent contre l’hiver…beau temps mauvais temps, on profite de l’hiver. Quel plaisir de patiner simplement dans des sentiers en forêt… En résumé, vaut mieux profiter de l’hiver, plutôt que de chialer après. A-t-on déjà entendu des enfants s’en plaindre…ceux-ci doivent peut-être nous inspirer! De toute façon, peu importe la saison, nous avons toujours de quoi à dire contre la température, cela meuble nos discussions….

Vivre sa mort….

Depuis quelques semaines , l’actualité nous ramène dans le décor la question de l’aide à mourir… Un homme, Michel Cadotte, qui n’en peut plus de voir souffrir sa femme…deux personnes gravement malades qui portent leur cause en justice pour avoir droit de déterminer leur moment de mourir…Comme société, et je dirais aussi sur le plan personnel, nous avons fait un bout de chemin…Je crois qu’il est temps d’aller plus loin!

Nous devrions pouvoir faire le choix, en pleine conscience de planifier notre fin de vie, quand nous considérons que nos conditions de vie deviendront inacceptables…Quand nous sommes dans un état de souffrance physique et/ou psychologique qui nous amène à faire ce choix, et que l’on considère que c’est assez pour nous et pour nos proches…

Bien sûr, il y a certaines règles qui doivent baliser des situations particulières qui touchent des personnes avec déficience ou avec des troubles très importants de santé mentale…Mais pour la majorité de personnes qui veulent faire ce libre-choix, il faut aller plus loin…en dépassant la notion de mort prévisible ou d’être considéré en fin de vie.

À travers les autres questions qui seront à l’ordre du jour dans les débats politiques actuels, dont la laïcité, il faut continuer d’avancer sur cette question de l’aide à mourir. Il est souhaitable de bien terminer notre parcours de vie et cela dans la dignité…

 

 

avatar

À propos de l'auteur : Raymond Cadrin

Membre du c.a. de Communications Communautaires des Portages (CCDP) depuis plusieurs années, j'ai la conviction que l'action citoyenne est source d'initiatives et d'influence déterminantes dans le devenir d'un milieu, d'une communauté. "Nous avons notre mot à dire sur ce qui nous concerne!"
Cet article a été publié sous le thème Hors catégorie.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

2 commentaires

  1. Ouf! voilà deux vastes sujets…

    Pour l’hiver, je seconde : aimons-le puisqu’il est là pour rester!

    Quant à la mort, je pense que l’aide médicale à mourir est une idée magnifique, qui demandera à être raffinée. Mais il faudra encore beaucoup de temps avant que nous acceptions de considérer le contrôle de chacun sur la fin de sa propre vie comme une avancée sociale. Rien qu’à voir les infinis débats pro et anti avortement qui semblent ressurgir à tout moment, alors qu’on croyait ce dossier réglé une bonne fois pour toutes… Rien qu’à entendre tout le temps que « le suicide n’est pas une option »…

    La mort fait peur, ce qui est normal. S’autoriser, comme société, le geste de la provoquer pour préserver la dignité des individus ne passera pas comme une lettre à la poste, mais je salue Raymond d’avoir osé la mettre sur le tapis!

    • avatar Par : Raymond Cadrin

      Merci des tes commentaires Éliane. Oui, les débats sur l’aide à mourir ne seront pas faciles pour aller plus loin… Effectivement comme sur la question de l’avortement, certains groupes y remettront toujours en question ces avancées…mais en autant que ces groupes soient marginaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>