Quand l’art aide à comprendre l’environnement

Il y a une tonne de sujets dont je pourrais parler aujourd’hui, la plupart datant de moins de 2 semaines :

Mais je suis fatiguée aujourd’hui. Aujourd’hui, je n’ai pas vraiment envie d’écrire. En partie parce que ça a été une grosse semaine. En partie parce que j’ai l’impression de manquer de recul. En partie parce que j’écris ceci samedi après-midi plutôt que dimanche comme d’habitude. Ce soir, je ferais deux lectures à saveur d’Halloween au cabaret Kérouac. Demain, je participerais à un atelier du poète et auteur David Goudreault. J’aimerais pouvoir écrire quelque chose de plus léger, mais mon cerveau a l’impression qu’il faut être sérieuse maintenant pour ne pas me sentir coupable d’en profiter plus tard.

En ce moment, j’ai plus envie de me réfugier dans l’art que d’affronter la réalité. Et, c’est parfaitement correct. Parfois, c’est confrontant d’être (trop ?) informée. C’est correct de reconnaître devoir prendre une pause. C’est aussi correct de se sentir coupable de prendre une pause ; ça signifie que la chose que l’on se culpabilise d’éviter temporairement est importante à nos yeux.

La fiction a ce pouvoir extraordinaire de nous emporter avec elle. Elle peut fournir un précieux divertissement et une pause bien méritée. Mais la fiction peut aussi être un bon compromis pour continuer à approcher un sujet important avec un peu plus de distance. La fiction peut permet de prendre une distance saine (même quand c’est inspiré d’une situation réelle, le lecteur ou spectateur n’est pas obligé de prendre position). La fiction peut aussi paradoxalement rendre un sujet abstrait ou lointain plus émotionnel et plus proche de nous.

Hier, j’ai fini Fracking de François Roux. Un autre sujet potentiel que je n’écrirai pas vraiment aujourd’hui. Il s’agit d’un livre qui aborde la situation complexe de la fracturation hydraulique aux États-Unis. Deux familles : celle de Joe (qui travaille dans l’industrie et dont le père républicain religieux se présente aux élections municipales) et celle de Karen (une famille qui possède un ranch de bœuf biologique à côté d’un site de fracturation et qui vivra de nombreuses complications qui les amèneront à se battre contre la compagnie, chacun à leur façon). L’auteur offre ici un portrait de l’Amérique et de l’impact d’une telle industrie dans une petite ville isolée. Ce ne sont pas tous les conflits qui ont un lien avec la compagnie et il y a parfois un peu de bombardement d’information plus ou moins bien intégré dans l’histoire, mais c’est une lecture intéressante.

Ce trimestre-ci, le magazine Les libraires propose un dossier complet sur les changements climatiques : essais, livres pratico-pratiques, dystopies à saveur environnementale, livre pour enfants, entrevue et trucs pour réduire son empreinte en tant que lecteur. https://revue.leslibraires.ca/dossiers/environnement-en-mode-action

J’espère que vous trouverez votre compte parmi toutes ses suggestions. Parce que si nous avons

besoin des scientifiques pour comprendre ce qui se passe, nous avons tout autant besoin des journalistes et auteurs/autrices pour nous aider à apprivoiser et comprendre ces informations.

 

 

avatar

À propos de l'auteur : Geneviève Malenfant

Je suis originaire de l’Abitibi et j’ai fais mes études à Montréal. J’habite Rivière-du-Loup depuis presque 5 ans. Je travaille comme audiologiste (je fais des tests d’audition). Je m’implique auprès des Pétroliques anonymes, un organisme qui lutte conte la dépendance au pétrole, parce que je crois fermement que la meilleure façon de faire faire au plus grand défi de notre ère, c’est ensemble. Je tiens une chronique de littérature jeunesse dans la Rumeur du Loup parce qu’aimer lire, c’est savoir trouver le bon livre, et qu’aimer lire permet d’ouvrir toutes les portes de la vie. Je participe régulièrement au Cabaret Kérouac et j’assiste à de multiples événements culturels parce que la culture, c’est la vie à son meilleur! Je vais donc vous entretenir en vrac des sujets qui me tiennent à cœur: la protection de l’environnement, la promotion de la santé, la culture sous toutes ses formes, l’implication citoyenne, le féministe, etc. Au plaisir de jaser avec vous!
Cet article a été publié sous le thème Arts, culture et patrimoine, Environnement.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

1 commentaire

  1. avatar Par : Raymond Cadrin

    Oui, il est bon parfois de prendre une pause des informations qui nous chavirent… L’art est un beau refuge et une partie importante aussi d’une dimension de notre vie!
    Meilleure semaine à toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>