Le déni de l’évidence

« Je veux pas m’en faire

Tu veux pas t’en faire maintenant

Tout le monde le sait ce qui nous faudrait faire mais pour l’instant

On danse la danse du déni de l’évidence

On danse la danse du déni de l’état d’urgence »

J’ai l’impression que cette chanson jouait en boucle sur mon stéréo il n’y a pas si longtemps. Pourtant, c’était il y a déjà 10 ans… J’oublie parfois qu’on se mobilise pour l’avenir de l’humanité sur la planète depuis peu et pourtant… Les premiers rapports prévenant l’industrie pétrolière des risques de l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère remontent… aux années 60! Ce sont 50 ans de déni et d’inaction!

Bien entendu, l’industrie n’est pas la seule responsable de la situation actuelle. Les gouvernements et les individus le sont également. Mais qu’est-ce qui explique ce déni collectif? Une théorie du neuroscientifique Sébastien Bohler pourrait expliquer une partie de ce phénomène.

Son hypothèse repose sur le striatum. Cette zone primitive du cerveau aurait pour rôle d’envoyer des doses massives de dopamine lors de cinq actions: manger, se reproduire, se reposer, grimper dans la hiérarchie sociale ou récolter des informations essentielles. La dopamine étant un puissant motivateur, sa sécrétion lors de ces cinq actions ont fortement contribuée à l’essor de l’espèce humaine.

Le problème est que l’on peut devenir dépendant à la dopamine. Certains comportements, surtout lorsqu’ils dépassent la simple survie ou le confort de base, deviennent une source de destruction pour la planète. Par exemple, être curieux dans un nouvel environnement maximise les chances de découvrir les ressources nécessaires pour notre survie. C’est probablement pourquoi voyager est si excitant. Mais prendre l’avion régulièrement pour obtenir sa dose de dopamine n’est pas un comportement soutenable à large échelle.

Si nous vivions dans un monde où satisfaire chacune de nos envies était sans conséquence, tout irait probablement pour le mieux. Mais ce n’est pas le cas.

La bonne nouvelle est que le cerveau peut tenir compte d’autres sources de renforcement positif. Comme Sébastien Bohler l’affirme dans son livre : « La preuve : on peut aussi obtenir du plaisir à être altruiste. Le cerveau est plastique et d’autres comportements peuvent être renforcés par l’éducation ou la pression sociale. »

« Développer davantage la conscience, valoriser le savoir, associer le plaisir à des comportements favorables à l’environnement pourrait changer la donne. La vraie question, c’est : “combien de temps nous reste-t-il pour renverser la vapeur” ».

En attendant, je souhaite une belle journée à tous les étudiant(e)s et scientifiques qui sortiront manifester le 15 mars !

« Change la cadence faut se rendre à l’évidence

Qu’on tente ensemble la danse de la dernière chance

Il faut que dans les yeux s’allume le feu de la conscience

Il faut que dans les cieux renaisse le bleu de la confiance »

Références :

Le déni de l’évidence, Mes Aïeux

Réchauffement climatique : depuis quand les pétrolières savaient-elles ? Agence Science Presse, La Presse, 22 novembre 2018

Le bogue humain, ou l’os dans la soupe, chronique d’Isabelle Paré sur le livre de Sébastien Bohler Le bug humain : Pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher, Le Devoir, 1er mars 2019

avatar

À propos de l'auteur : Geneviève Malenfant

Je suis originaire de l’Abitibi et j’ai fais mes études à Montréal. J’habite Rivière-du-Loup depuis presque 5 ans. Je travaille comme audiologiste (je fais des tests d’audition). Je m’implique auprès des Pétroliques anonymes, un organisme qui lutte conte la dépendance au pétrole, parce que je crois fermement que la meilleure façon de faire faire au plus grand défi de notre ère, c’est ensemble. Je tiens une chronique de littérature jeunesse dans la Rumeur du Loup parce qu’aimer lire, c’est savoir trouver le bon livre, et qu’aimer lire permet d’ouvrir toutes les portes de la vie. Je participe régulièrement au Cabaret Kérouac et j’assiste à de multiples événements culturels parce que la culture, c’est la vie à son meilleur! Je vais donc vous entretenir en vrac des sujets qui me tiennent à cœur: la protection de l’environnement, la promotion de la santé, la culture sous toutes ses formes, l’implication citoyenne, le féministe, etc. Au plaisir de jaser avec vous!
Cet article a été publié sous le thème Environnement.
Ajouter le permalien à mes signets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>