La laïcité et ses divisions….

Sous prétexte que le débat sur la laïcité a assez duré au Québec, doit-on voter rapidement, n’importe lequel projet de loi, comme le 21! Je trouve déplorable que nous soyons  plongés à nouveau, dans ce débat qui divise beaucoup les citoyens/es, les institutions du Québec. Celui-ci polarise et divise aussi les régions, dont Montréal et les autres….

Pourtant, vivant dans la région du Bas-St-Laurent, je partage davantage les positions exprimées  dans la région de Montréal, et ainsi  je suis contre le projet de loi actuel. Je suis loin de le considérer modéré, comme l’affirme M. Legault, qui s’appuie sur une majorité de  québécois/es favorables à ce projet.

Que de gâchis, à chaque fois que l’on relance ce débat. La situation actuelle pose -t-elle tant de problèmes! Dans le contexte actuel, les personnes immigrantes au Québec peuvent-elle se sentir vraiment considérées et bienvenues…Veut-on apprécier seulement ces nouveaux citoyens/es sous l’angle de leur apport économique et des emplois à combler! Pourtant, ces personnes contribuent de différentes façons à la société québécoise et représentent, à mon avis, une diversité enrichissante!

Oui, pour la neutralité de l’État…

À partir de la lecture de différents textes sur le sujet, il semble que l’on devrait davantage parler de neutralité de l’État que de laïcité. D’ailleurs, je crois que la neutralité de celui-ci existe déjà. Oui, pour la dispensation et la réception de services à visage découvert, mais doit-on aller si loin que le projet actuel. La dimension spirituelle et religieuse fait parti intégrante de l’être humain, doit-on cacher absolument cette dimension dans notre vie…Bien sûr, il y a une différence avec l’endoctrinement religieux, qui peut se faire avec ou sans signes religieux apparents. Ne vise-t-on pas directement, par ce projet, principalement les personnes musulmanes…dont particulièrement les femmes.

Comme le crucifix à l’Assemblée nationale, n’y -a-t-il pas un anachronisme que plusieurs congés dans la société québécoise, soient encore associés aux fêtes religieuses catholiques

La loi élargit la notion de personnes en autorité du rapport Bouchard-Taylor, pour inclure les enseignants/es. Bien sûr, l’on reconnait un droit acquis, pour les personnes déjà en poste, en autant qu’elles ne changent pas d’emploi…mais cela a pour effet  de créer 2 catégories de droits…Et pourquoi ne pas appliquer cette règle pour les enseignants/es des écoles privées, subventionnées à plus de 60%..

Plusieurs personnes affirment souvent que les personnes immigrantes doivent s’adapter à leur nouvelle société d’accueil. Oui, mais peuvent-elles aussi apporter leurs couleurs et leur contribution à la transformation de la société québécoise, tout en gardant nos points de repères essentiels, dont la langue française, l’égalité entre les femmes et les hommes… Une question d’ouverture est nécessaire et l’on ne doit pas se faire de peurs inutiles…

Peut-on aussi réaliser le courage dont ont fait preuve les personnes immigrantes, de se déraciner ainsi et de se faire une nouvelle vie dans un pays inconnu!

En ce début de mandat, le gouvernement caquiste mise sur plusieurs projets de loi qui heurtent beaucoup les personnes immigrantes ( quota sur immigration , l’industrie du taxi, et le projet sur la laïcité). Il est  difficile de ne pas prendre cela personnel et ainsi de se considérer comme des citoyens/nes qui n’ont pas trop leur place dans leur nouvelle société d’accueil, ou des citoyens/es de seconde zone… Veut-on marquer des points auprès d’une majorité de l’électorat qui semble favorable à ces projets…réaffirmer une identité traditionnelle du Québec…Est-ce un bon pari…je ne crois pas.

Sur un autre sujet…

Avec la tragédie de l’incendie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, j’espère que le risque de perdre un tel joyau nous fera davantage prendre conscience de l’importance des bâtiments patrimoniaux, même ceux qui sont plus modestes, mais qui sont des témoins importants de notre histoire… Bien sûr, le défi souvent posé, est dans leur réutilisation, l’exemple récent à Berthierville, en est un autre convaincant….

 

 

avatar

À propos de l'auteur : Raymond Cadrin

Membre du c.a. de Communications Communautaires des Portages (CCDP) depuis plusieurs années, j'ai la conviction que l'action citoyenne est source d'initiatives et d'influence déterminantes dans le devenir d'un milieu, d'une communauté. "Nous avons notre mot à dire sur ce qui nous concerne!"
Cet article a été publié sous le thème Hors catégorie.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

2 commentaires

  1. avatar Par : Éliane Vincent

    Merci Raymond, pour ce tour du sujet très clair et très humain. On manque de patience avec les nouveau arrivés; on oublie qui ils sont, ce qu’il leur a fallu d’épreuves et de défis pour les amener chez nous. Il faut leur laisser le temps d’arriver, leur fournir des occasions de se mélanger à nos vies, leur permettre de travailler, pour leur propre dignité et la nôtre. De leur côté, ils doivent saisir ces occasions, apprendre leur nouvel environnement, partager leurs coutumes et les nôtres. Le temps et la vie feront le reste.

    Les isoler par des lois restrictives et marginalisantes? C’est la pire bonne idée que je connaisse.

  2. avatar Par : Pierre Jobin

    Je trouve significatif que tu souligne le fais que malgré le fait que tu reste dans la région du Bas-St-Laurent, tu partage davantage les positions exprimées dans la région de Montréal. Les recherches sur la question démontrent que plusieurs facteurs peuvent influencer l’opinion des personnes et l’ouverture à la diversité. La proximité physique avec les personnes portant des signes religieux est un de ces facteurs. Quand on réside dans la région de Montréal, il y a effectivement plus de chance d’être en contact avec des femmes portant un voile que lorsqu’on réside dans notre région. L’âge influence également notre perception par rapport aux phénomènes religieux. Les jeunes en générale ne partagent pas la méfiance des baby-boomers envers la religion.

    Je pense également qu’une certaine connaissance ou une certaine culture des droits et libertés de la personne influence notre vision de la question.

    Tu poses également la question de la neutralité de l’état versus la laïcité. Je ne pense pas que beaucoup de personne au Québec s’oppose à la laïcité de l’état. Les désaccords viennent du fait que sous le mot laïcité, nous ne mettons pas toutes et tous les mêmes choses. En ce sens, comme tu le souligne, il est peut-être avantageux de parler de la neutralité de l’état.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>