Débattre sans s’enflammer, c’est possible mais oh combien difficile

Débattre sans s’enflammer, c’est possible mais oh combien difficile

Le débat sur la laïcité vient de prendre fin à la commission parlementaire mise sur pied par le gouvernement caquiste afin d’entendre les réactions des groupes d’intérêt concernant le projet de Loi 21. Évidemment, le gouvernement a procédé à une forme de tri pour «évaluer» la pertinence de la présence de certains groupes et de l’absence de certains autres. Par manque de temps, puisque le gouvernement tient par-dessus tout à ce que ce projet de loi soit adopté avant la pause estivale ou par souci d’écarter les critiques les plus virulents, cela reste à voir mais c’est probablement un peu des deux. Considérant l’urgence de vouloir légiférer en matière de laïcité, nous ne pouvions nous attendre à ce que ce gouvernement réserve davantage de temps aux belligérants pour confronter leurs thèses. Ce projet de loi sera sans doute adopté mais cela ne mettra certainement pas un terme aux confrontations des idées et surtout des croyances. Au Québec, nous sommes très bons pour faire dévier les débats. Nous en avons des preuves éloquentes quand on pense aux débats référendaires de 1980 et de 1995. Ce débat sur la laïcité ne fait pas exception. Je vous avoue que d’entendre des féministes affirmer que priver les femmes de porter le voile était en soi un accroc à la liberté m’a fait sourciller.

L’essentiel de ce débat concerne la sphère privée et l’espace public. Ce que nous voulons voir dans l’une et ne pas voir dans l’autre. En France, des enseignantes de confession musulmane retirent leur voile en entrant à l’école le matin et le remettent en sortant à la fin de la journée. Est-il possible d’en faire autant ici? Pourquoi faut-il toujours ramener le débat sur un plan personnel? Si un nouveau voisin s’installe près de chez moi, est-ce important pour moi de savoir s’il est croyant et s’il l’est de quelle confession? Je serais plutôt tenté de savoir s’il aime les romans policiers…

Parfois, il m’arrive d’envier nos cousins français qui peuvent s’engueuler sans en faire une question personnelle. Peut-être qu’au moment de prendre les vacances nous en aurons marre d’entendre parler de laïcité. Ce gouvernement y compte bien c’est tout vu. Au Québec, la chicane on aime pas et malheureusement pour nous le débat et la chicane c’est du pareil au même. Maurice Duplessis disait «c’est paisible d’être canadien-français». Plusieurs d’entre nous semblent libérés depuis la disparition des Nordiques, cela a purifié l’air du temps des fêtes, finies les chicanes bleu vs bleu-blanc-rouge. Je nous souhaite un été chaud et des nuits pluvieuses de façon à rendre tout le monde heureux. J’espère que nous poursuivrons ce débat ainsi que les autres à venir dans le plus grand respect les uns des autres. Parce que l’environnement ça promet dans la mesure où nous avons les climato-sceptiques qui se confondent aux les climato-réalistes en face des objectifs carbo-neutres qu’ils nous faudra bien tenter d’atteindre si nous voulons survivre.

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Hors catégorie.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>