2019 en question

Une autre année qui s’achève et qui n’est pas en reste de sujets délicats, scabreux ou très poignants sur le plan des émotions qu’ils suscitent. Est-ce un signe des temps? Peu importe la direction vers laquelle nous dirigeons notre «lunette d’analyse», les images sont déprimantes. Les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous ou pire encore, nous avons l’impression que les choses ne changent pas. Le jour de la marmotte version cinéma où les mêmes comportements condamnables et condamnés se répètent sans moyens raisonnables de les remettre à zéro et de recommencer sur de nouvelles bases. En matière de changements climatiques, nous accumulons les avertissements des scientifiques en faisant comme s’il s’agissait de fables inventées pour faire peur. La COP 25 fut un désastre qui semble avoir été orchestré par le Brésil, les États-Unis et la Chine. Il ne s’agit pas vraiment d’un effet de surprise mais c’est néanmoins désolant.

Dans notre Québec, le gouvernement semble filer le parfait bonheur. Malgré les maladresses de certains ministres, François Legault bénéficie d’un appui de 60 %, du jamais vu même à l’époque où tout fonctionnait pour Robert Bourassa. Cependant, il y a des dossiers difficiles et terriblement urgents. Le drame survenu à Granby en juin dernier où une fillette maltraitée a été retrouvée sans vie a engendré un questionnement à travers la province concernant la DPJ (Direction de la protection de la jeunesse). Comment un tel cas avait-il pu passer entre les mailles? La Commission d’enquête sur la DPJ présidée par madame Régine Laurent fait ressortir des informations qui donnent froid dans le dos. Plus de 100 000 signalements par année, une moyenne quotidienne de 288, un chiffre qui à lui seul engendre un grand nombre de questions dont la première est «où sommes nous»? Le rapport final risque d’être dévastateur à n’en pas douter. Déjà les premières recommandations sont lourdes de sens et surtout le désengagement financier du gouvernement précédent en matière de protection de la jeunesse.

Un autre événement troublant fut sans contredit la commémoration des trente ans du massacre de Polytechnique que l’on désigne dorénavant comme un féminicide, ce que l’on aurait dû faire depuis longtemps, dès le lendemain devrions-nous dire. Néanmoins, le problème de la violence faite aux femmes persiste, perdure et cela en mettant en lumière l’inefficacité de la stratégie déployée pour mettre fin à ce fléau. Les cas s’accumulent avec souvent le même modus operandi où des hommes violents incapables de gérer une séparation décide qu’ils ont le droit de vie ou de mort sur leurs ex-conjointes et leurs enfants. À l’aube d’une nouvelle année, je nous souhaite de parvenir enfin à mettre un terme à l’intolérable.

Dans le film Mourir à tue-tête d’Anne-Claire Poirier, un documentaire-fiction où l’on s’attaque à un sujet que les mentalités collectives s’acharnent à considérer comme tabou, le viol de la femme. Ce film a été réalisé en 1979m et vous en conviendrez, est tout sauf facile à voir. À la fin du film on pose la question, combien de femmes dans le monde utiliseraient un sifflet si elle le pouvait et nous entendons le son des sifflets provenant de partout dans le monde. Et bien, dans notre beau Québec, les sifflets se font entendre et c’est inconcevable, intolérable et il faut se regarder dans les yeux et prendre les moyens pour que pareille infamie cesse. Le moyen d’y mettre un terme ne passe pas que par le législatif mais d’abord et surtout par une prise de conscience collective et solidaire.

À mes collègues blogueurs et blogueuses et à nos lecteurs et lectrices, je vous souhaite une très bonne année au cours de laquelle la paix guidera nos actions.

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.