Verseau mon œil

Quand j’étais petite, c’était Peace & Love. Les hippies, l’amour libre, la paix universelle, les objecteurs de conscience du Viêt Nam, les droits civiques, les philosophies orientales… J’étais trop jeune pour participer pleinement, mais assez vieille pour regarder ça d’un œil curieux et intéressé. Je me rappelle nettement de la comédie musicale Hair, et son hymne aux temps nouveaux :

This is the dawning of the Age of Aquarius…

Nous avions évolué, nous devenions plus sages. Nous abordions un âge magique de tolérance, d’amour, d’empathie. Nos sociétés allaient être balayées par un vent d’intelligence bienveillante… un vent venu de Californie, des États-Unis d’Amérique.

Voulez-vous bien me dire ce qui s’est passé? Comment les enfants des enfants du Verseau ont-ils pu se métamorphoser en une bande de narcissiques agressifs, qui préfèrent la manipulation à l’empathie, qui ferment leurs frontières, qui sont prêts à tirer sur des paysans désespérés en route vers leur American dream? Et comment ces narcissiques se retrouvent-ils tout à coup au pouvoir partout sur la planète?

Cette vague glacée a balayé le vent du Verseau. On l’a vue venir du vieux continent, avec Berlusconi qui ridiculisait sa fonction en Italie. On ne l’a pas prise au sérieux, même quand Putin a mis la main sur la Russie, même quand Marine LePen s’est approchée du fauteuil présidentiel en France. Même quand la Suède a flirté avec l’extrême-droite aux dernières élections. Même quand le président philippin a appelé au meurtre à vue des trafiquants de drogue dans les rues de son pays… et que le peuple l’a écouté.

De ce côté-ci de l’Atlantique, on a eu un coup de pratique avec Stephen Harper et George Bush junior. Monsieur Obama nous a rassurés pour un temps. Ça n’a pas duré. Lorsque la vague a balayé toute trace de bon sens aux États-Unis, on s’est dit que la classe politique ne tolérerait jamais ce délire, et que tout redeviendrait normal avant longtemps. Nenni. La vague s’est encore étendue et les Brésiliens ont cédé à leur tour à la peur.

Ici, le discours populiste a trouvé son porte-parole : Maxime Bernier a fondé son propre parti politique, au nom des vraies affaires. Andrew Scheer fait de son mieux pour ramener les idées d’Harper réemballées dans un papier brillant. François Legault la joue en douceur, mais le jupon dépasse. Ferons-nous comme les autres partout dans le monde? Céderons-nous à notre tour aux sirènes du repli sur soi, de la méfiance et de l’ignorance?

Je regarde autour de moi, je regarde la marche du monde, et rien ne me porte à croire que nous serons mieux que les autres. Rien ne me porte à croire, en 2018, que l’ère du Verseau est commencée. Je terminerai donc cette réflexion avec une référence à un texte du pasteur Martin Niemöller, pour ne jamais oublier que l’autre, c’est moi.

D’abord le texte original : https://fr.wikipedia.org/wiki/Quand_ils_sont_venus_chercher

Pour ceux qui comprennent l’anglais, on en a ici une mise en situation éloquente : https://www.youtube.com/watch?v=RMkNtiXxQAM

Et enfin, pour ceux qui ont plus de temps, le vidéo d’un des innombrables rallyes électoraux de Donald Trump, afin d’illustrer que plus ça change, plus c’est pareil : https://www.youtube.com/watch?v=IfaAyZAPdro

avatar

À propos de l'auteur : Éliane Vincent

Je viens de la ville. La grande, la mal-aimée : Montréal. J'en garde de fort beaux souvenirs mais c'est au Kamouraska, où la vie m'a fait le bonheur de m'appeler, que j'ai compris les vraies affaires : la vie ensemble, les voisins, le pays, la beauté, le respir. Depuis toute petite, je suis sur la clôture. Jamais dans une gang, jamais dans l'autre, toujours en marge, à essayer de comprendre le pourquoi de tout. Je lis, j'écoute, je regarde et, si vous le permettez, je partagerai avec vous ce que tout m'inspire. On s'asseoira ensemble sur la clôture...
Mot-clés : , , , , , , .
Ajouter le Permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Depuis toute petite, je suis sur la clôture. Jamais dans une gang, jamais dans l'autre, toujours en marge, à essayer de comprendre le pourquoi de tout. Si vous le permettez, je partagerai avec vous ce que tout m'inspire. On s'asseoira ensemble sur la clôture...

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>