La ruralité a mal aux pattes par les temps qui courent…

La ruralité a mal aux pattes par les temps qui courent…

Veut-veut pas, nous sommes en campagne électorale. Le premier ministre, période olympique oblige, est venu nous faire le grand écart à La Pocatière. M. Couillard a promis rien de moins que la construction des fameuses voitures de métro AZUR, pourtant prévue au contrat avec la STM pour 2035. Des emplois «fictifs» pour les gens de Bombardier qui avaient reçu une gifle, en quelque sorte, lors de l’annonce du projet REM. Une grande nouvelle pour la région de Montréal et du patinage artistique de haute voltige pour le Kamouraska.

Les politiciens reniflent les grandes villes de loin. Elles dégagent forcément, population débordante, des emplois qui ne trouvent pas preneurs faute de main-d’œuvre qualifiée, mais également lobbyistes et autres groupies des suites ministérielles en vadrouille. D’une certaine façon, nous sommes loin de tout ça et peut être pas tant finalement…

Nous avons les grands espaces et de l’air , les montagnes et le fleuve. Nous vivons à un rythme plus près de la nature. Mais il y a un mais… nous demeurons fragiles aux fermetures. La perte d’un bureau de poste, d’une école, d’un commerce peut être lourde de conséquences. Cette situation est bien connue des pouvoirs publics. N’empêche qu’il faut être constamment aux aguets. En région, c’est devenu une seconde nature d’avoir à l’œil non pas le «redresseur d’entreprise» mais «l’annonceur de fermeture».

À l’hôpital de La Pocatière, nous vivons avec l’absence d’anesthésiste depuis un bon moment déjà et nous devons attendre parfois longtemps avant de rencontrer un spécialiste. Nous ne payons pas moins de taxes et d’impôts que les «urbains» bien que nous devrions en payer moins puisque nous avons moins de service.

Ruraux de toutes les régions, unissez-vous!

Au fond, qu’il soit question de technologie cellulaire, d’Internet et même de câblodistribution, nous sommes des citoyens de deuxième zone. Les gens qui habitent le haut-pays ont un très mauvais service de télé par câble et même pas de service du tout dans certains cas. Le service cellulaire est en général très mauvais ou inexistant et pourtant les tarifs sont les mêmes.

Désormais, un parti ou une organisation régionaliste est à l’ordre du jour. Payer pour des services que nous n’avons pas n’est plus seulement une source de frustration, mais une situation carrément scandaleuse. Lorsque nous examinons froidement les plaintes déposées devant plusieurs organismes au nom des ruraux, CRTC et autres, nous devons, hélas, faire le constat que nous sommes des citoyens de classe inférieure même si nos dollars ont la même valeur!

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>