MIEUX VAUT PRÉVENIR

 

Un beau programme municipal, un beau défi de faire autrement…

Les nouveaux conseils municipaux, qui seront en place à compter de lundi 6 novembre  prochain, pourraient facilement inscrire dans leur plan d’urbanisme un objectif de rendre les nouveaux logements et habitations adaptables.

«Les maisons servent à abriter des humains, dont les besoins et certaines capacités changent avec le temps, indique Nathalie Roussel, responsable de l’accessibilité universelle à Victoriaville. Les quatre mesures étaient facultatives à l’intérieur de notre programme encourageant la construction d’habitations plus respectueuses de l’environnement. Elles sont devenues obligatoires, car elles ne sont pas complexes et ne coûtent pratiquement rien, tout en évitant des dépenses beaucoup plus élevées plus tard.»

Ils doivent poser un contreplaqué derrière le gypse pour faciliter l’installation future de barres d’appui près des toilettes et de la baignoire. Les prises de courant et les interrupteurs doivent se trouver à une hauteur accessible. Les portes à l’intérieur doivent avoir une largeur de 34 po minimum et les portes extérieures, de 36 po. Le niveau principal d’une maison doit être à aire ouverte ou les couloirs doivent avoir au moins 42 po de largeur.

Combien coûterait l’intégration d’une soixantaine de caractéristiques, qui permettraient aux occupants de vieillir chez eux, s’est justement demandé la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL). Elle a commandé une étude à Société Logique, qui a évalué les coûts dans cinq villes au pays, dont Montréal. Résultat ? Environ 75 % des éléments reviendraient à moins de 500 $ et 57 % d’entre eux n’engendreraient aucun coût ou presque (poignées et robinets à levier, interrupteurs à une hauteur accessible, bas de la fenêtre situé à un maximum de 760 mm (30 po) du sol, toilettes adjacentes au mur, comptoir continu entre la cuisinière et l’évier, baignoire dégagée sur toute sa longueur, etc.). Environ 8 % des caractéristiques entraîneraient des dépenses variant entre 500 $ et 1000 $ (davantage de tiroirs et de tablettes dans les armoires de cuisine, structure aisément modifiable sous la douche, etc.).

Combien de fois et trop souvent des personnes doivent déménager faute de pouvoir adapter leur lieu d’habitation, suite à l’évolution négative de leur santé. Construire selon ces nouvelles normes rendrait l’adaptabilité des logements facile et sans frais majeur.

Un beau programme… qui changerait la vie du monde…

avatar

À propos de l'auteur : Gaetan Malenfant

Je suis détenteur d’un baccalauréat en travail social de l’Université de Sherbrooke obtenu en 1974; j’ai été organisateur communautaire sur le territoire de la MRC de Rivière-du-Loup jusqu’à ma retraite à la fin de 2008 et je suis un militant actif pour la cause environnementale depuis 1980, afin de promouvoir une société plus écologique vouée à la conservation de la nature, pour une meilleure qualité de vie pour les personnes et la région. L’actualité interpelle régulièrement le militant écologiste que je suis…
Cet article a été publié sous le thème Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

L’actualité interpelle régulièrement le militant écologiste que je suis…

Autres articles par le(la) même auteur(e)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>