Le seul festival qui rime avec amour

« Le seul festival qui rime avec amour, c’est le festival Détour! ». Cette petite ritournelle promotionnelle me restera certainement en tête aussi longtemps que mes souvenirs de cette belle fin de semaine! Si vous n’étiez pas à la première édition du festival bas-laurentien des arts du cirque, vous avez manqué quelque chose!

De l’amour, les organisateurs en avaient mis à la pelletée! Ils nous ont offert une magnifique programmation abordable à toutes les bourses. Le samedi après-midi, l’accès gratuit au site permettait d’assister à de nombreuses présentations extérieures, alternant entre cirque, musique et marionnettes. Des kiosques divers offraient articles de cirque, costumes, artisanat et maquillage en plus de boisson et nourriture (avec options véganes). Les temps morts étaient joyeusement comblés par des ateliers d’initiation offerts à tous et une fresque collective à la peinture. La soirée était occupée par de superbes performantes payantes suivies d’un numéro enflammé (littéralement!) et d’une fête avec musique reggae/dub.

De l’amour du cirque, le festival en mangeait! Toutes les disciplines y étaient représentées: jonglerie, cerceau aérien, chute libre, clown acrobatique, corde lisse, hula hoop, acroyoga, équilibre sur cannes, mât chinois, sangles aériennes, équilibre avec unicycles, déambulation, jonglerie enflammée. Il y en avait assurément pour tous les goûts! Les applaudissements et les exclamations s’élevaient régulièrement. Mes coups de cœur personnels vont à l’animation slamée du cabaret pantagruélesque du vendredi et à l’épopée clownesque du samedi soir, mais je pourrais ajouter plusieurs autres numéros impressionnants à la liste!

De l’amour tout court, il en émanait du site. La pluie et le froid du vendredi n’ont pas réussi à anéantir le plaisir des festivaliers. Les gens discutaient autour des feux de camp. Le monde du camping passait la matinée à « chiller » au quai. Les costumes les plus flamboyants déambulaient sur le site. Les enfants et les chiens se promenaient allégrement. Bref, une ambiance de bonheur et de respect envahissait la place.

De l’amour, je leur en souhaite beaucoup pour les prochaines années, car j’espère sincèrement que l’expérience sera répétée!

avatar

À propos de l'auteur : Geneviève Malenfant

Je suis originaire de l’Abitibi et j’ai fais mes études à Montréal. J’habite Rivière-du-Loup depuis presque 5 ans. Je travaille comme audiologiste (je fais des tests d’audition). Je m’implique auprès des Pétroliques anonymes, un organisme qui lutte conte la dépendance au pétrole, parce que je crois fermement que la meilleure façon de faire faire au plus grand défi de notre ère, c’est ensemble. Je tiens une chronique de littérature jeunesse dans la Rumeur du Loup parce qu’aimer lire, c’est savoir trouver le bon livre, et qu’aimer lire permet d’ouvrir toutes les portes de la vie. Je participe régulièrement au Cabaret Kérouac et j’assiste à de multiples événements culturels parce que la culture, c’est la vie à son meilleur! Je vais donc vous entretenir en vrac des sujets qui me tiennent à cœur: la protection de l’environnement, la promotion de la santé, la culture sous toutes ses formes, l’implication citoyenne, le féministe, etc. Au plaisir de jaser avec vous!
Cet article a été publié sous le thème Arts, culture et patrimoine.
Ajouter le permalien à mes signets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>