La vieille 17 se termine et la neuve 18 commence lundi…

 

Que retenir de l’année écoulée :

Évènements climatiques extrêmes… inondation au Québec et aux Philippines, feux de forêt au Canada et en Europe, sécheresse durable en Afrique, ouragans de fortes intensités dans les Caraïbes et l’atlantique Nord, chaleur à des pics à plus de 50 Celsius en Asie… et pour une première fois les scientifiques ont fait le lien direct entre les changements climatiques et les catastrophes dites naturelles!

Pour 2018

Chaque année, Global Footprint, un organisme qui calcule l’usage des ressources, détermine le jour de l’année où l’humanité aura consommé les ressources renouvelables de la terre. Je parie que cette année ce jour arrivera avant la date du 8 août, date en 2017.

En 2005 ce jour était survenu le 5 septembre…

Donc, le budget écologique est déficitaire chaque année… Il s’avère facile de comprendre que dépenser la totalité du budget annuel en moins de 220 jours, laisse un manque à gagner de 145 jours ou l’humanité emprunte aux générations futures.

À l’échelle locale les défis existent aussi

Est-il possible de diminuer notre consommation de combustibles fossiles et de développer les technologies vertes? Il s’agit de la survie de la planète et de la race humaine…

Pensons à l’usine de bio méthanisation des déchets putrescibles qui ne fonctionne pas encore de façon satisfaisante.  Pas assez de citoyens participent à la collecte de porte à porte des résidus organiques. Je nous souhaite de finir 2018 avec un fonctionnement optimal et générer ainsi du gaz naturel de façon rentable.

Les autorités locales et régionales ont cru au développement éolien. L’ensemble de la région bénéficie des retombées financières des infrastructures. Il aura fallu l’implication citoyenne pour que les parcs éoliens soient installés dans des  lieux ayant moins d’impact sur la vie des résidents… Mais bravo aux politiciens locaux pour leur vision d’avenir… Continuons à investir dans les alternatives, et s’il le faut, développer avec peu d’impact sur les milieux de vie.

Et la Paix

Peut-on rêver d’un monde sans intimidation, sans violence, sans attentats, sans tueries collectives, sans guerre? Sommes-nous redevenus barbares au point de s’entretuer par ignorance? Par haine? Par vengeance?

Bonne 18 quand même!

avatar

À propos de l'auteur : Gaetan Malenfant

Je suis détenteur d’un baccalauréat en travail social de l’Université de Sherbrooke obtenu en 1974; j’ai été organisateur communautaire sur le territoire de la MRC de Rivière-du-Loup jusqu’à ma retraite à la fin de 2008 et je suis un militant actif pour la cause environnementale depuis 1980, afin de promouvoir une société plus écologique vouée à la conservation de la nature, pour une meilleure qualité de vie pour les personnes et la région. L’actualité interpelle régulièrement le militant écologiste que je suis…
Cet article a été publié sous le thème Environnement, Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

L’actualité interpelle régulièrement le militant écologiste que je suis…

Autres articles par le(la) même auteur(e)

3 commentaires

  1. avatar Par : Lise Pelletier

    Bonjour Gaëtan et Nicole,
    Vrai que plusieurs choses qui se passent sur terre sont très inquiétantes et je ne veux pas les ignorer. Je regarde aussi la nature qui nous présente encore bien des beautés à protéger, les enfants qui sont très intelligents et débrouillards, qu’il faut aussi protéger, aimer et à qui il faut enseigner comment aider l’humanité pour qu’elle continue à vivre avec la nature. Belle année 2018!

  2. avatar Par : Éliane Vincent

    On m’a dit au jour de l’An que j’étais trop pessimiste en constatant que la majeure partie des sept et quelque milliards d’humains n’avait aucune envie de cesser de consommer à outrance, et en prédisant que ceux qui tentent de sauver le navire manqueront de temps devant la vitesse où les changements – et les catastrophes – se produisent.

    Je vais donc mettre un peu de rose à mes yeux et nous souhaiter le meilleur : la volonté d’essayer, le goût de faire comme si on pouvait changer le monde.

    Comme dit la sagesse populaire, oublions que c’est impossible et faisons-le!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>