Une société de tolérance…

Une société de tolérance…

Nous sommes tolérants. Nous tolérons tout, l’affirmation et son contraire. Tolérance du latin tolerare (supporter). Nous tolérons les gais et les lesbiennes et nous conservons l’homophobie en prime. Et l’ouverture alors? Notre porte est toujours ouverte, une sorte de passoire pour les droits humains où tout est permis ou interdit. Aucune exception ne confirme ou n’infirme quoi que ce soit, l’âge, le sexe, l’orientation sexuelle, la liberté de culte, la liberté de penser, le corps des femmes : pro-choix, pro-vie, la couleur de la peau sans oublier les origines. Plusieurs paléoanthropologues et paléoanthropologues généticiens situent l’apparition de l’humain en Afrique. Un article récent paru dans le revue Nature nous amène encore plus loin «Mysterious Indo-European homeland may have been in the steppes of Ukraine and Russia.» Une autre thèse très soutenue par bon nombre de scientifiques situe le peuplement de l’Europe à une première migration qui concerne les célèbres chasseurs-cueilleurs arrivés en Europe il y a 45 000 ans. Puis, il y a 8 000 ans, des fermiers issus de l’actuel Proche-Orient et enfin, une autre vague d’individus appartenant à une culture connue sous le nom de Yamna. Une autre découverte, soit celle d’un représentant homo vieux de 300 000 ans par des généticiens associés à la Max Planck Institute, sur le site préhistorique de Atapuerca (Espagne), recule encore plus loin la présence humaine sur terre. Ces découvertes tendent à démontrer que nous originons des mêmes sources génétiques et que notre présence sur terre remonte bien plus loin que ne l’imaginions dans un passé récent.

Nos ressemblances sont bien plus importantes que nos différences. Hélas, le concept de tolérance qui semble prévaloir dans nos rapports à l’Autre nous entraîne à nous attarder à outrance sur les différences plutôt que sur les ressemblances, accentuant, incitant même à la division.

«Si vous nous piquez, ne saignons-nous pas? Si vous nous chatouillez, ne rions-nous pas?»

William Shakespeare, Le Marchand de Venise, 1596-1597.

Il n’existe pas vraiment d’acceptation dans le concept de tolérance. Il y a même une notion de distance, nous tolérons mais pas de trop près. Si l’éloge des ressemblances ou des similitudes était en avant-scène, les différences pourraient devenir des plus-values augmentant la valeur de l’ensemble.

Imaginons un gigantesque kaléidoscope auquel l’ajout d’une couleur, d’une forme ou d’un simple trait en rehausserait la représentation. L’acceptation voir l’intégration des différences pourrait contribuer à freiner les exaltés et les illuminés qui ont malheureusement fait les manchettes des dernières années.

Partons simplement du principe suivant : nous possédons bien davantage de points communs que de différences.

Sans la tolérance, nous sommes tous perdus, Voltaire, Traité sur la tolérance, 1763. Ici le sens qu’accorde Voltaire à la tolérance va dans le sens de la modération, de la réflexion avant l’agir.

En fin de compte, nous partageons les mêmes sources ADN. Certes, après des milliards de combinaisons depuis le ou les point-s d’origine, les humains que nous sommes devenus auraient grand intérêt à s’interconnecter à leurs points d’union avant qu’un illuminé n’arrive au pouvoir et fasse tout basculer.

Suis-je encore à vous parler de Trump? La nomenclature des illuminés actuellement au pouvoir sur la planète ne saurait constituer l’équivalent d’un annuaire mais quand même…  

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

3 commentaires

  1. avatar Par : Éliane Vincent

    « Ici le sens qu’accorde Voltaire à la tolérance va dans le sens de la modération, de la réflexion avant l’agir. »

    J’aime bien cette idée de réfléchir avant d’agir. Si on pouvait l’appliquer avant de discriminer la différence, on s’éloignerait un peu de cette « tolérance » qui accepte avec réticence la différence pour éviter les conflits, et on se rapprocherait de la tolérance tout en souplesse qui élargit le champ du bonheur en acceptant de bon cœur ce qui est inévitable.

    À long terme, c’est tellement plus rentable.

    • avatar Par : Pierre Lachaine

      Oui, il voulait sauver un innocent de la potence qui avait été victime d’un procès truqué…

    • avatar Par : Pierre Lachaine

      Voltaire est l’un des plus grand défenseur de ceux et celles que la justice a bafoué