Le paradoxe de la liberté

Le paradoxe de la liberté

Nous aimons bien croire en la liberté au sens large. Libre choix en tout, penser, lire, choisir un homme ou une femme pour nous représenter sur une scène politique, c’est réconfortant. Savoir qu’en tout temps, nous sommes libres de poser des gestes issus de nos choix constitue une espèce de pare-feu contre l’inconnu, une assurance, un libre-arbitre garanti! Nous pouvons même, par extension, exercer ce droit de choisir lorsque nous consommons, «acheter c’est voter». Nous sommes donc en mesure de vivre en toute démocratie à condition de payer taxes et impôts, et, d’aller noircir le petit cercle correspondant au candidat qui nous aura présenté les plus beaux rêves. Mais seulement lorsque nous y sommes convoqués. En d’autres termes, lorsque l’on nous convoque à «cirer les pompes du suffrage universel». Une amie réfugiée, arrivée récemment, ayant fuit les horreurs de la guerre, de la famine et de la torture et je ne sais quelles autres calamités, s’est exclamée tout de go «mais c’est fantastique! Comment est-ce possible? Le paradis existe et je l’ignorais? «Mais… tu as les yeux plein d’eau, pourquoi pleures-tu? Il y a quelque chose qui cloche?»

Quelque chose qui cloche? Tu veux dire qui sonne faux? Ouais, je veux bien essayer de te faire connaître notre alphabet! Et puis cela te sera utile pour apprendre à vivre au «paradis»!

Tout d’abord, chacune des lettres a son importance dans la relation que tu auras avec l’État et la société en général.

A comme dans assuré, c’est le statut dont tu disposes avant de demander un service.

B comme dans bénéficiaire, voilà un état dont personne ne souhaite puisque vous voici dans une situation où vous n’êtes en mesure que de recevoir et absolument impossible d’émettre le moindre commentaires.

C comme dans contribuable, c’est votre statut face au ministère du Revenu, votre rôle est de contribuer point.

D comme dans détenu si vous avez eu «affaire» au ministère de la Justice, vous êtes dans la m….

E comme dans électeur, c’est la désignation que l’on vous accorde lorsque l’on vous convoque à la séance de «cirage».

F comme dans fidèle, une désignation d’un passé pas si lointain où la morale religieuse pouvait faire trembler.

G comme dans gag, parfois on se demande si la réalité n’en est pas un.

H comme dans hôpital, un endroit où en principe on soigne les gens mais il arrive que l’on y sorte malade voire que l’on y sorte pas du tout.

I comme dans I.R.M. sigle signifiant imagerie à résonance magnétique, une technologie qui permet de voir à l’intérieur de votre corps des images que vous n’avez, généralement, pas très envie de voir.

J comme dans justiciable, ce que vous êtes lorsque vous vous retrouvez face au ministère de la Justice.

K comme dans kid kodak, personne qui aime bien se faire prendre en photo, beaucoup sont en politique.

L comme dans laïciser, un problème insurmontable dans ce pays.

M comme dans machiavélique, des méthodes et des façons de faire beaucoup plus répandues que nous ne le pensons généralement.

N comme dans nationaliste, c’est un terme pour le moins galvaudé, on ne sait plus très bien le sens que l’on doit lui donner mais ne pas l’être risque de nous attirer des ennuis.

O comme dans obscurantisme, en relation directe avec la lettre F.

P comme dans patient, ici la patience est souvent soumise à rude épreuve avec en plus le fait d’être malheureusement trop fréquemment infantilisé.

Q comme dans quad, véhicule tout-terrain motorisé à quatre roues dont la possession semble aussi importante que l’automobile en région rurale.

R comme dans référendum, un mot qui fait peur presque autant que le cancer, un mot magique qui permet aux politiciens corrompus de se faire réélire.

S comme dans salarié-e, personne dont le salaire est amputé de retenues à la source, elles sont majoritaires dans ce pays.

T comme dans taxé-e, mais non nous ne parlons pas de l’intimidation à l’école, quoique…

U comme dans uniformisé, un peu partout dans la sphère publique mais surtout en éducation, exercice de nivellement par le plus bas dénominateur.

V comme dans vinyle, revêtement de vinyle, le pire ennemi des beaux villages du pays.

W comme dans wattheure, si vous ne connaissez pas, vous aurez des problèmes.

X comme dans xénophobe ou la peur de l’inconnu.

Y comme dans yacht, la commission Charbonneau nous a révélé l’existence du «Touch»…

Z comme dans zouave, L’Association des zouaves du Québec fut créée en 1899 par Charles-Émond Rouleau. La dernière apparition des zouaves du Québec remonte à 1984, lors de la visite du pape Jean-Paul II à Montréal.

Voilà en 26 lettres le tableau d’une certaine réalité. Nous sommes convoqués aux urnes tous les quatre ans, sauf en cas d’anomalie, entendre gouvernement minoritaire. Il y a de la corruption encore et encore, voyez le cas récent de la société immobilière du Québec, une fraude immobilière considérée par les experts comme la plus importante au pays depuis longtemps. En fait, il ne semble pas y avoir de précédent.

Et oui c’est triste à mourir…Mais la vie continue, nous voilà en pleine folie des achats, argent ou pas, il faut acheter, consommer, le bonheur est proportionnel à la somme de ce que l’on possède.

Un peu de sagesse nous permettra de réaliser que c’est un moment de l’année où il faut lever le pied, ralentir, prendre le temps de se retrouver avec les gens que l’on aime et surtout de redécouvrir à quel point ils nous sont essentiels! S’apprécier les uns les autres, je nous le souhaite vivement!

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Sociales et communautaires.
Ajouter le permalien à mes signets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>