Le Cash…

Commentaires fermés sur Le Cash…

Le cash

La campagne présidentielle américaine va-t-elle entraîner tout le monde à se noyer dans le cash? Une sorte de tsunamie de fric, dévastant tout sur son passage. Une présidentielle devrait quand même représenter quelque chose d’important. À moins que l’on finisse par s’en détacher par dépit. Le peuple considérant que l’establishment politique est tellement détaché de la réalité qu’il est illusoire d’imaginer le retour d’un peu «d’humanisme». La classe politique américaine, autant démocrate que républicaine semble ignorer la misère dans laquelle se retrouve la quasi totalité de la classe moyenne. Des gens qui possédaient une maison en banlieue et qui occupaient un poste relativement bien rémunéré en travaillant pour une entreprise nationale ou multi-nationale se retrouvent à la rue. Ils ne sont pas des milliers, ils sont des millions. Le Texas qui représente un des États les plus riches est aussi l’État ou l’on retouve le plus grand nombre de personnes ne possédant aucune assurance santé!?

La campagne présidentielle qui se déroule sous nos yeux, a commencé dans les faits il y a pratiquement deux ans. Chacun des partis ayant choisi son candidat. Madame Clinton pour le parti Démocrate et monsieur Trump pour le parti Républicain. Dans le cas de madame Clinton, elle est dans le paysage politique américain depuis trois décennies. D’abord comme première dame du pays, ensuite elle a été élue sénatrice de l’État de New York, elle a été madame la Secrétaire d’État et elle est voie de devenir la première présidente des États-Unis. Madame Clinton a navigué dans toutes les sphères de la politique américaine et internationale. Elle est donc toute désignée, de par son expérience et de par ses connaissances comme étant la femme de la situation, celle qui peut changer les choses, celle qui peut vraiment ramener ce pays dans le partage et l’équité pour tous et toutes. Pourtant, non seulement existe-t-il des doutes sérieux quant à ses véritables intentions mais surtout sur ses motivations. N’oublions que c’est grâce à son mari que les banques ont pu réintégrer les marchés boursiers. Alors de là à devenir une sorte de messie pour les millions de pauvres gens qui vivent souvent en situation de détresse alimentaire et qui sont à l’affût des promotions des chaînes de malbouffe ou qui surveillent de près les poubelles des grands hôtels, il y a une marge que nous ne franchirons point.

De l’autre côté de l’échiquier, nous retrouvons le candidat du parti Républicain, Donald Trump. Nous disons candidat Républicain bien qu’il n’ait pas l’appui du parti officiellement, d’ailleurs il ne se définit pas républicain non plus. Cet homme qui a fait fortune dans l’immobilier et avec les émissions de télé réalité dispose d’un gigantesque pécule, 3,7 milliards de dollars selon forbes en 2016. Il est un homme pour le moins difficile à cerner politiquement. Il est un candidat de droite et cela sans le moindre doute. Il n’a eu aucun problème à affirmer lors du premier débat que «non il ne payait pas ses impôts et que cela faisait de lui un homme intelligent». L’idée de vous rappeler les âneries, les mensonges, les propos racistes, mysogines et mysantropes de cet homme serait inapropriée et une insulte à votre intelligence chers lecteurs. Bien que la solution Clinton ne soit pas une planche de salut pour les millions d’États-Uniens dans la misère, l’arrivée de Trump à la présidence serait une catastrophe. Un véritable raz-de-marée social qui ne ferait qu’excarber les tensions raciales, les inégalités et les injustices.

Rappelons que cette campagne a engendré jusqu’ici des dépenses de l’ordre de milliards de dollars. Une campagne qui ne révèle rien des vrais enjeux. Une campagne cosmétique où d’une part on promet de faire renaître le rêve américain et d’autre part une forme de gouvernement plus juste et plus équitable. Le rôle des grands médias nationaux dans cette campagne est proprement hallucinant. Le travail des chaînes ABC, CBS, CNN et NBC, entres autres, est proprement scandaleux. Le mandat de ces chaînes, nous le savons, est d’engranger des profits mais au détriment de l’information objective? Il semble, hélas, que la réponse soit oui. Apparemment, chez nos voisins États-Uniens, la télé ne saurait être autre chose que du show business, même dans une campagne présidentielle, surtout dans une campagne nous diraient-ils. Alors que Donald Trump affirme n’importe quoi, ce n’est pas cela qui est importe, la pierre angulaire est le cash que cela amènera dans les coffres. La restructuration de l’économie, l’aide au démunis, la création et le maintien d’une forme d’assurance santé gérée par l’État, des programmes d’action communautaire pour l’aide aux familles, et bien non cela n’a pas d’effet sur les cotes d’écoute et donc sur les profits. Le rêve américain a existé mais il est mort maintenant. L’économiste Ernest Mandell avait raison, la maximisation des profits de l’élite et la paupérisation absolue des autres est la règle, point final.

Pouvons-nous raisonnablement espérer des jours meilleurs pour nos voisins du Sud? Voilà un pari bien incertain, les chances ne sont pas du côté du peuple. L’espoir, et il est bien mince, réside dans la performance de candidats comme Bernie Sanders, mais, le cash fait foi de tout…

La télé réalité, vous savez cette recette d’émission qui consiste à nous faire croire que n’importe qui peut faire n’importe quoi, tout n’est qu’une question de volonté. Un peu partout sur la planète, les émissions de télé réalité ont poussé comme des champignons. Les gens dans la misère aiment bien croire qu’il est possible d’atteindre la gloire sans formation, sans efforts, il suffit de détenir un talent inné. Or, Donald Trump a été animateur dans ses «shows» de télé réalité. Alors peut-être bien que la télé réalité nous donnera un président, qui sait? Il m’arrive parfois d’espérer qu’un personnage irrévérencieux, sans talents et sans envergure, ayant pour seule qualité la possession d’une aiguille, fasse éclater cette grotesque balloune!  

avatar

À propos de l'auteur : Pierre Lachaine

Je suis un marin et un historien dans l'âme. Montréalais d'origine, j'ai vécu le Montréal communautaire des petits quartiers tissés serrés et solidifiés à l'huile de Saint-Joseph. J''aime bien les voyages dans le temps, les retours dans le passé, les introspections au présent et les projections dans le futur. Voilà ce que je vous propose bien humblement, partager avec vous mes réflexions, mes espoirs et mes coups de cœur sur l'ensemble des activités humaines dans la spirale temporelle. Pierre Lachaine
Cet article a été publié sous le thème Politique.
Ajouter le permalien à mes signets.
avatar

L'auteur(e) de cet article :

Autres articles par le(la) même auteur(e)

L'option commentaire n'est pas ou plus disponible.